Substitut nicotinique : comment vous débarrasser rapidement de votre addiction à la cigarette ?

Le substitut nicotinique est un produit qui se substitue à la nicotine, l’une des principales causes de dépendance chez les fumeurs.

Il peut se présenter sous différentes formes : gomme, patch, comprimé ou encore inhalateurs.

Quelle que soit sa présentation, un substitut nicotinique diffuse progressivement de la nicotine dans l’organisme pour faire face à un manque, évitant de céder à la tentation de griller une cigarette.

C’est un produit qui devrait être prescrit par un spécialiste qui recommandera la dose et la fréquence idéales des prises.

Au fil du temps, le dosage est diminué. Au final, le corps se sèvre totalement de la nicotine…

Substitut nicotinique

Substitut nicotinique pour arrêter de fumer

© Creativa – Fotolia.com

Découvrez comment fonctionne le substitut nicotinique et comment il vous aide à arrêter de fumer

 

Mieux le manque de nicotine

Après l’arrêt du tabac, le futur ex-fumeur doit faire face à différents symptômes assez désagréables.

Il va notamment ressentir le manque de nicotine. Pour mieux gérer ce sentiment de frustration, il y a le substitut nicotinique.

Avec ce type de produit, l’organisme continue à recevoir sa dose de nicotine.

Le sevrage peut alors se faire en douceur. Cette dose est diminuée petit à petit, laissant le temps à l’organisme de s’adapter.

D’entrée de jeu, il faut souligner qu’un substitut nicotinique ne constitue pas un remède miracle contre le tabagisme.

La motivation et la volonté restent indispensables pour une démarche de sevrage ayant toutes les chances de réussir.

Il est indispensable d’être bien déterminé à se débarrasser de cette mauvaise habitude.

Quoi qu’il en soit, avec le substitut nicotinique, il est quand même plus aisé de lutter contre les tentations.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez voir les réponses aux questions que vous vous posez sur les substituts nicotiniques, leur intérêt, leur utilisation, leur efficacité :

 

Comment ça fonctionne ?

Grâce au substitut nicotinique, les effets secondaires du sevrage tabagique sont donc atténués.

Une certaine dose de nicotine (généralement une faible dose) est alors diffusée petit à petit dans le sang.

Grâce à cet apport, le manque est moins frustrant et l’arrêt du tabac est moins brutal. Les risques de rechute sont amoindris.

Pour rappel, la nicotine est une substance qui contribue pour beaucoup à l’addiction à la cigarette.

En arrêtant de fumer, plusieurs symptômes peuvent se manifester à cause du manque : forte envie de fumer, susceptibilité, angoisse et déprime, concentration amoindrie, sommeil troublé, maux de tête

Substitut nicotinique pour arrêter de fumer

Substitut nicotinique pour arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

Mais il faut savoir que la nicotine n’est pas le seul élément qui « manque » au futur ancien fumeur.

Ce dernier doit aussi faire face à la dépendance psychologique. Il peut d’ailleurs se consacrer un peu plus à cet aspect du sevrage.

Dans tous les cas, il faut garder à l’esprit que le substitut nicotinique se classe dans la catégorie des médicaments.

Il est vivement recommandé de demander conseil à un tabacologue (ou autre spécialiste) par rapport au dosage et à la durée du traitement.

Et parallèlement, il reste nécessaire de bénéficier d’un accompagnement, notamment au niveau psychologique.

 

Le bon dosage

Le dosage est essentiel pour un traitement à base de substitut nicotinique. Logiquement, un gros fumeur aura besoin d’une dose plus élevée.

Quelle que soit la consommation, il est important d’évaluer avec précision la dose de nicotine ingurgitée en tant que fumeur.

Une tige de cigarette grillée équivaut à environ 1 à 2 milligrammes de nicotine.

Un fumeur qui grille 20 tiges par jour aura besoin d’un substitut de 21 mg pour une journée.

Pour un dosage optimal, rien ne vaut la prescription d’un spécialiste. Et il faut souligner qu’un sous-dosage peut favoriser la rechute, l’organisme continuant à ressentir le manque.

Au-delà de la dose, il faut aussi respecter la durée du traitement : entre 8 à 12 semaines.

Même en cas d’amélioration des symptômes, il est préférable de poursuivre la prise des substituts nicotiniques, le dosage pouvant être réduit petit à petit.

Le traitement peut ensuite être arrêté progressivement. Cette démarche est indispensable pour que le corps puisse se désaccoutumer efficacement de la nicotine.

Dans tous les cas, le suivi d’un spécialiste est important, pour un traitement à succès.

 

Les différentes catégories de substituts nicotiniques

Il existe plusieurs catégories de substituts nicotiniques qui diffèrent par leurs formes, mais aussi par le mode d’action.

On peut faire la distinction entre les patchs, les comprimés, les gommes et les inhaleurs.

Les gommes, les comprimés et les inhaleurs diffusent la nicotine au gré des envies. Il est alors possible de gérer la dose de nicotine ingérée en tenant compte des besoins.

Avec un patch, la dose de nicotine est délivrée de façon régulière. A souligner qu’il est tout à fait envisageable de l’associer à un substitut oral, pour mieux combattre les fortes impulsions.

Se débarrasser efficacement du tabagisme

Se débarrasser efficacement du tabagisme

© FreeDigitalPhotos.net

Le traitement dure donc environ trois mois. Les conditions du sevrage à base de substitut sont définies avec un thérapeute, pour être certain de son succès.

Si le manque est toujours présent après la durée initialement prévue, il est possible de prolonger le traitement.

 

En définitive, le traitement à base de substitut nicotinique est digne d’intérêt. Seulement, il faut toujours garder à l’esprit que ce n’est pas une solution miraculeuse.

Néanmoins, les chances de se sevrer définitivement du tabac sont augmentées, en particulier pour les gros fumeurs très accros.

Pour optimiser ces chances, il est conseillé d’adopter des mesures en parallèle et de toujours être accompagné d’un professionnel.

Outre la prise en charge du manque physique, il ne faut pas négliger les symptômes de dépendance psychologique.

Enfin, il convient de souligner que le substitut implique un minimum d’effets négatifs indésirables et le risque d’addiction est moindre, voire inexistant.

Arrêt tabac bienfait : Substitut nicotinique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge