Des conseils pratiques pour réussir à arrêter de fumer

Arrêter de fumer est une démarche difficile, tous les anciens fumeurs en conviendront (de même que ceux qui essaient d’arrêter…).

Néanmoins, il faut garder à l’esprit que le tabac est mauvais, très mauvais.

Pour préserver votre santé et celle de votre entourage, dire adieu à la cigarette relève de l’obligation.

Pour augmenter les chances de vous défaire de cette très habitude, vous devez adopter quelques astuces.

J’ai justement rassemblé quelques conseils appliqués par d’anciens fumeurs et qui ont contribué à leur succès dans leur démarche de sevrage.

Réussir à arrêter de fumer

Réussir à arrêter de fumer

© Bigstock

Découvrez donc quelques conseils pratiques pour réussir à arrêter de fumer…

 

Arrêter de fumer au bon moment

La première astuce pour mettre toutes les chances de succès de votre côté consiste à choisir le bon moment pour vous débarrasser de la cigarette.

L’hiver constitue un bon moment pour arrêter. Il est plus facile de renoncer à sortir fumer, sous le climat glacial.

Dans tous les cas, évitez les périodes durant lesquelles vous êtes assailli par le stress.

Choisissez un moment où vous êtes dans de bonnes dispositions comme des vacances, un déménagement ou encore un événement heureux.

Vous profitez de votre bonne humeur du moment pour amorcer un changement positif dans votre vie.

 

Anticiper le manque

Il existe différentes manières d’anticiper le manque de cigarette. Avant même d’arrêter de fumer, réfléchissez-y afin de ne pas être pris au dépourvu au moment M.

Vous pouvez par exemple penser à une cigarette de substitution, plus précisément un objet, quelque chose qui vous permet de préserver votre gestuelle.

Ça peut être un stylo, un crayon, un morceau de bois, une sucette ou encore un bâton de réglisse. Faites néanmoins attention aux sucreries qui pourraient faire des ravages sur vos dents.

Lorsque vous avez envie de porter quelque chose à votre bouche, vous pouvez également croquer une pomme ou encore prendre un verre d’eau, le temps que la pulsion s’estompe.

Pour ceux qui ont un mental d’acier, il reste possible d’avoir dans les mains une tige de cigarette. Attention surtout à ne jamais céder à la tentation de l’allumer.

 

Prendre pleinement conscience des risques et des dangers du tabac

Pour booster votre motivation à arrêter de fumer, vous pouvez prendre conscience des nombreux risques et dangers du tabac. Et il y en a tellement !

Vous pouvez même faire en sorte de regarder des images assez agressives montrant les effets dévastateurs du tabac.

On retrouve notamment les poumons calcinés, cette femme à la gorge trouée ou encore cet homme qui est devenu si maigre à cause d’un cancer…

Il ne faut pas hésiter à garder des images-chocs à porter de main pour ne jamais oublier les ravages du tabac.

Vous pouvez en enregistrer sur votre téléphone ou même en accrocher sur les murs de votre environnement habituel.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

D’ailleurs, les effets négatifs du tabac se constatent à tous les niveaux. Votre santé est menacée, mais aussi celle de vos proches.

Le tabagisme nuit, en plus, à votre beauté extérieure : elle jaunit les dents, assèche la peau et ternit les cheveux.

Sans oublier les répercussions sur votre vie sociale. Les non-fumeurs ont tendance à se tenir écartés, parfois pour la mauvaise odeur que vous dégagez parfois, parfois pour éviter d’être intoxiqués…

Dans tous les cas, tout votre environnement empeste. Une odeur de tabac désagréable remplit votre espace.

 

Penser aux économies dégagées

L’un des nombreux avantages de se sevrer du tabac réside dans les économies réalisées.

Dès que vous démarrez votre démarche d’arrêt du tabac, mettez chaque fois de côté le montant que vous allouez d’habitude à l’achat de cigarettes.

Très vite, vous remarquerez que votre « pactole » augmente. Et ce n’est qu’un bonus, en plus des nombreux autres avantages à retirer de l’arrêt du tabac.

Après quelques jours seulement, vous vous rendez compte que vous pouvez vous offrir un petit quelque chose.

Si vous patientez un mois (ou plus), vous aurez même la possibilité d’acheter plus qu’un petit cadeau, quelque chose qui symbolise votre premier pas vers la victoire.

 

Tromper l’envie de fumer

Surtout au début, il est pratiquement impossible d’échapper à l’envie forte et soudaine de fumer.

Pour y faire face, ne prenez jamais de pauses trop longues dans votre programme quotidien. Dans le dessin de tromper la pulsion, occupez-vous à quelque chose que vous aimez bien.

Ça peut être une tasse de café, une petite pâtisserie, une lecture, une séance de jeux vidéo. Le secret consiste à rester occupé suffisamment longtemps pour que l’envie s’estompe et soit oubliée.

A chaque fois que vous sentez poindre la pulsion, agissez toujours de la même manière. Ne laissez jamais votre envie prendre le dessus.

 

Faire des exercices physiques

Pour augmenter les chances de réussir votre programme de sevrage tabagique, il est plus que judicieux de s’investir dans des exercices physiques.

C’est un moyen d’occuper votre esprit, mais pas uniquement.

Bouger permet de stimuler votre corps et favorise la production d’hormones bénéfiques à votre humeur.

Vous vous sentez à la fois bien physiquement et psychologiquement. Vous êtes plus fort face aux différentes tentations qui ne manquent pas de surgir pendant la période d’arrêt du tabac.

 

Arrêter de fumer est une difficile, vous devez en prendre conscience dès le départ.

Mais la bonne nouvelle, c’est que vous pouvez y arriver et changer drastiquement et positivement votre vie.

D’autres personnes sont passées par là et nombreux ont craqué une fois ou plus avant de parvenir finalement à se libérer de l’entrave du tabac.

Arrêt tabac bienfait : réussir à arrêter de fumer

Rechercher populaires:

Comment arrêter de fumer sans stress grâce au sport ?

Arrêter de fumer relève du défi. Dès les premières heures après votre dernière cigarette, vous êtes assailli par différents effets secondaires.

Bien souvent, vous êtes envahi par le stress. Parfois, vous vous dites même que vous avez dû vous séparer de votre antistress favori.

Ce qui augmente encore plus votre angoisse et ébranle votre motivation.

Fort heureusement, il existe des conseils et astuces à adopter pour dire dieu à la cigarette sans stress.

Tout se passe dans votre tête… Et pour un sevrage tabagique plus serein, vous pouvez faire du sport…

Comment arrêter de fumer sans stress

Comment arrêter de fumer sans stress

© Fotolia.com

Découvrez comment arrêter de fumer sans stress grâce au sport…

 

Comment arrêter de fumer sans stress ?

Si de nombreux fumeurs éprouvent tant de difficultés à arrêter la cigarette, c’est souvent à cause du stress.

Ils redoutent les effets secondaires du sevrage tabagique et rechignent à abandonner le plaisir que leur procure le tabagisme.

Pour mieux comprendre les impacts de l’arrêt du tabac, il faut savoir ce que fumer encourage la production d’endorphines, les fameuses hormones du plaisir.

Il s’agit de substances très bénéfiques, à de nombreux égards. Elles permettent de renforcer les défenses immunitaires.

Surtout, elles permettent de combattre le stress, contribuant à une bonne humeur et une attitude positive.

Chez le fumeur, la production d’endorphines dépend de la consommation de nicotine.

Les bienfaits de ces hormones sont atténués, étouffés par les conséquences néfastes de nicotine et des substances chimiques présentes dans la fumée de cigarette.

Souvent, le fumeur a peur de ne plus ressentir de plaisir en se servant. Il faut pourtant savoir que faire du sport favorise la production d’endorphines.

S’investir dans des exercices physiques constitue une solution intéressante pour arrêter la cigarette dans de meilleures conditions.

 

Comment faire du sport pour un sevrage tabagique plus zen ?

Avant tout, il faut souligner qu’il ne s’agit pas de devenir un athlète de haut niveau pour arrêter de fumer sans stress grâce au sport.

Il n’est pas non plus nécessaire de posséder des compétences ou des aptitudes spécifiques.

L’essentiel est de bouger, de faire des exercices physiques de manière régulière.

Vous pouvez vous entraîner en solo ou en groupe. L’essentiel est de faire preuve d’assiduité.

Pour être motivé, optez pour une discipline qui vous plaît. Et n’hésitez pas à en découvrir de nouvelles.

Arrêter de fumer sans stress

Arrêter de fumer sans stress

© FreeDigitalPhotos.net

Dans tous les cas, il faut y aller petit à petit, sans jamais forcer. Au fil des entraînements, vous apprécierez la dose d’adrénaline que vous apportent les séances.

Faire du sport vous apportera du plaisir. Vous serez envahi par une douce sensation de bien-être, notamment grâce à la sécrétion d’endorphines.

Plus vous ferez du sport, plus vous apprécierez cela. Et vous ressentirez de moins en moins le besoin d’en griller une.

Votre souffle s’améliore, votre santé est également meilleure. Vous êtes sur la bonne voie pour perdre une mauvaise habitude qui nuit à votre santé.

 

Les multiples avantages du sport

Si vous voulez arrêter de fumer sans stress, vous allez donc faire du sport.

En plus d’apporter une bonne dose d’oxygène au cerveau, aux poumons et à l’esprit, c’est aussi un moyen d’éviter les kilos en trop.

Le mieux serait de vous entraîner au moins deux fois par semaine à raison de 45 minutes par séance.

Tournez-vous vers des activités d’endurance comme la natation ou le jogging sans oublier la marche. Il y a aussi le cardio en salle (vélo d’appartement, stepper…).

 

Autres méthodes pour arrêter de fumer sans stress

Arrêter de fumer sans stress est tout à fait possible. Vous devez notamment vous détendre.

Vous allez peut-être dire que c’est la cigarette qui vous aidait à vous relaxer. Mais sachez qu’il existe de nombreuses méthodes envisageables alliant détente et plaisir.

Pendant les premières semaines et les premiers mois qui suivent votre sevrage, tournez-vous vers des techniques dédié au bien-être comme le massage, le sauna, le spa ou encore le yoga.

Que ce soit en groupe ou en solo, vous aurez alors l’occasion de laisser de côté le stress qui accompagne souvent l’arrêt du tabac et vous concentrer uniquement sur votre plaisir.

 

Enfin, pour savoir comment arrêter de fumer sans stress, vous pouvez vous octroyer quelques petites folies.

Rappelez-vous, en effet, que le fait de ne pas fumer vous permet de réaliser quelques économies (non négligeables).

Utilisez ce budget en plus pour vous acheter des choses qui vous plaisent et/ou dont vous avez envie depuis longtemps.

Ou alors, sortez avec vos amis, pour manger, pour se divertir ou pour se défouler.

Dans tous les cas, vous pourrez arrêter de fumer sans stress…

Arrêt tabac bienfait : comment arrêter de fumer sans stress

Comment utiliser la PNL pour arrêter de fumer ?

Arrêter de fumer est difficile, c’est un fait. Trouver la bonne méthode pour vous débarrasser de cette mauvaise habitude n’est pas évident.

Parmi les nombreuses techniques existantes, vous en avez d’ailleurs déjà testé plusieurs.

Aujourd’hui, vous êtes ouvert à des approches moins conventionnelles… Vous pouvez notamment vous tourner vers la PNL ou Programmation Neuro Linguistique.

Cette méthode de développement personnelle vous permet d’agir directement sur votre comportement, vous aidant à modifier positivement vos habitudes et attitudes.

PNL pour arrêter de fumer

PNL pour arrêter de fumer

© Fotolia.com

Comment alors utiliser la PNL pour arrêter de fumer ?

 

La PNL pour arrêter de fumer

La PNL ou Programmation Neuro Linguistique est une méthode particulièrement intéressante pour arrêter de fumer.

À l’origine, il s’agit d’une technique de développement personnel qui a vu le jour durant les années 1970 sur l’initiative de 2 Américains, John Grinder et Richard Bandler.

L’objectif est d’aider les patients à transformer positivement leurs attitudes.

La PNL part du principe qu’il est possible de reproduire un schéma qui a fonctionné chez une personne, à condition d’utiliser le même process mental.

Il s’agit d’une pratique très pragmatique qui se concentre avant tout sur les résultats plutôt que les moyens.

 

Comment fonctionne la PNL ?

PNL constitue donc l’abréviation de Programmation Neuro Linguistique. Chaque élément de cette appellation revêt un sens particulier.

D’abord « programmation » : il s’agit plus précisément d’une reprogrammation des schémas qui sont à l’origine des attitudes négatives (angoisses, échec, mauvaises habitudes, phobies…).

Puis « neuro » : il s’agit ici de s’attaquer aux processus neurologiques.

Enfin, « linguistique » : les pensées et les idées se manifestent à travers le langage et la communication en général.

Il faut savoir que la PNL s’appuie sur trois principaux postulats.

Premièrement, « chaque comportement part d’une intention positive ». Identifier cette intension (qu’elle soit consciente ou non) permet d’obtenir de meilleures réponses.

Deuxièmement, « la carte ne constitue pas le territoire ». Chaque individu possède son paradigme ou vision du monde (en l’occurrence la carte) et celle-ci constitue une vision subjective de ce qui existe réellement (à savoir le territoire).

Troisièmement « il est impossible de ne pas communiquer ». Le moindre comportement (même l’absence de comportement) constitue déjà de la communication.

Arrêter de fumer avec la PNL

Arrêter de fumer avec la PNL

© FreeDigitalPhotos.net

 

Plusieurs techniques au service de vos objectifs

Pour arrêter de fumer et atteindre efficacement vos objectifs, différentes techniques peuvent être utilisées dans le cadre de la PNL.

L’ancrage consiste à associer une sensation (visuelle, tactile, auditive) à une émotion. Chaque fois que l’on éprouve la sensation, l’émotion refait surface.

Dans le cadre de l’arrêt du tabac, vous pouvez par exemple associer un moment désagréable lié au tabac avec un serrement du poing.

Quand il vous vient l’envie d’en griller une, vous pouvez serrer votre poing et vous rappeler le côté désagréable de votre mauvaise habitude.

Avec le recadrage, vous êtes invité à changer la manière dont vous appréciez une situation en adoptant un nouveau point de vue.

Au lieu de vous dire que vous avez besoin d’une cigarette pour réfléchir, dites-vous que la cigarette ne vous aide pas à mieux réfléchir.

Quant à la dissociation, elle implique de prendre du recul par rapport à une situation et de visualiser cette dernière comme si vous en étiez un spectateur, pas un acteur.

Pour ce qui est du swish, il implique de casser les chaînes de pensées intérieures par des idées plus constructives et positives.

Pensez par exemple à ce moment qui précède votre pause cigarette. Au lieu de songer à votre première bouffée, pensez plutôt à un moment de félicité intérieure, mais sans cigarette.

 

Autre exercice pour arrêter de fumer avec la PNL

Voici un autre exercice en quatre étapes que vous pouvez adopter dans le but de vous débarrasser de la cigarette.

Prenez donc un bloc-notes et un stylo et vous pourrez démarrer.

Dans un premier temps, pensez à la souffrance que vous pensez devoir subir dans le cas où vous abandonnez le tabagisme.

Bien souvent, les fumeurs rechignent à se sevrer de la cigarette par crainte de souffrir d’une manière ou d’une autre.

Il est important de bien identifier ces craintes avant de passer à l’étape suivante. Parfois, cette angoisse peut provenir du passé.

La deuxième étape consiste à penser plutôt aux côtés positifs du tabagisme. En effet, si vous « persistez » à continuer de fumer, c’est qu’il existe des choses que vous appréciez.

Citez tous les bienfaits dont vous pensez profiter chaque fois que vous grillez une cigarette.

En troisième lieu, vous allez de nouveau vous focaliser sur quelque chose d’assez négatif, en l’occurrence les risques et dangers qu’implique le tabagisme.

À quoi êtes-vous exposé si vous n’arrêtez pas de fumer ?

Vous le savez fort probablement, fumer implique de nombreux risques pour la santé (la vôtre, mais également celle de votre entourage).

Écrivez alors tous les dangers que vous connaissez et dont vous pourrez être victime si vous continuez à fumer.

Soyez très honnête pour cette étape et n’hésitez surtout pas à écrire les conséquences les plus extrêmes.

Vous pouvez même être très précis et donner des détails pour bien prendre conscience des effets très néfastes du tabagisme.

Enfin, pensez à tous les bénéfices dont vous allez profiter en arrêtant définitivement la cigarette.

Il peut s’agir de bienfaits sur la santé, mais pas uniquement.

Arrêter de fumer est aussi avantageux pour votre porte-monnaie, pour vos relations sociales, pour votre peau, pour votre famille… N’oubliez aucun bénéfice.

Gardez constamment votre petit bloc-notes sur vous et n’hésitez pas à lire et relire, encore et encore, tout ce que vous avez écrit.

Et voici une petite vidéo qui propose des informations supplémentaires sur l’arrêt du tabac avec la PNL :

 

Pour arrêter de fumer efficacement avec la PNL, vous devez d’abord avoir la volonté et la motivation de vous débarrasser de votre mauvaise habitude.

Il vous sera ensuite plus facile de mettre en œuvre les méthodes choisies et de cheminer vers la liberté et la bonne santé, sans la cigarette.

Arrêt tabac bienfait : PNL pour arrêter de fumer

Rechercher populaires:

Nos conseils pour une bonne utilisation des substituts nicotiniques

Les substituts nicotiniques sont des produits qui permettent d’optimiser les chances d’arrêter le tabac avec succès.

Néanmoins, il faut bien connaître ce type de médicament, son usage, son mode d’emploi ou encore son fonctionnement.

L’idéal serait même de vous faire accompagner par un professionnel qui vous orientera vers le traitement le mieux adapté à votre cas.

Il vous recommandera le bon produit et la bonne posologie en tenant compte de votre profil…

Substituts nicotiniques

Substituts nicotiniques

© Fotolia.com

Voici alors nos conseils pour bien utiliser les substituts nicotiniques…

 

Les substituts nicotiniques

Comment leur appellation l’indique, les substituts nicotiniques sont des produits qui se substituent à la nicotine.

On y fait appel durant le sevrage tabagique pour lutter contre le symptôme de manque.

En se basant sur les études effectuées sur le sujet, faire appel aux substituts permet de doubler la probabilité de succès d’un programme d’arrêt du tabac.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, vous devez savoir bien les utiliser, sachant que l’intervention d’un spécialiste est toujours plus avantageuse.

 

Est-ce que les substituts nicotiniques suppriment totalement la dépendance ?

Contrairement aux idées reçues, les substituts nicotiniques ne permettent pas de supprimer totalement la dépendance à la cigarette.

Certes, ces produits permettent de prévenir le manque physique qui est notamment lié à la consommation antérieure de nicotine.

Ils aident à réduire les pulsions, le tempérament irritable, les problèmes de sommeil ou encore les troubles de la concentration.

Par contre, ils n’ont pas d’effet sur la dimension psychologique de l’addiction.

Il arrive souvent aux fumeurs d’en griller une parce que cela les aide à se détendre ou à lutter contre une sensation de stress.

La cigarette est alors associée à des moments spécifiques de la journée : le réveil, les instants dédiés à la réflexion, les moments en société…

La consommation de substitut nicotinique ne permet de faire disparaître le manque lié à cette dépendance dite psychologique.

Parallèlement au traitement, il est alors indispensable d’adopter de nouvelles habitudes de vie.

Il faut notamment supprimer la cigarette de façon progressive durant les moments clés de la journée et apprendre à gérer les émotions négatives autrement qu’avec la cigarette.

Les proches, les amis, mais surtout les professionnels de la santé peuvent apporter une aide précieuse dans ce cadre.

Substituts nicotiniques

Substituts nicotiniques

© FreeDigitalPhotos.net

 

Peut-on acheter librement des substituts nicotiniques ?

OUI. Il est tout à fait possible d’acheter librement des substituts nicotiniques auprès des pharmacies, sans nécessairement passer par un médecin.

Les fumeurs qui fument peu ou moyennement peuvent se renseigner auprès du pharmacien et entreprendre un traitement de son propre chef.

Par contre, pour un gros voire très gros fumeur, l’intervention d’un professionnel peut s’avérer nécessaire, non seulement pour déterminer le dosage, mais également pour définir les modalités du traitement (ajustement de la dose, durée du traitement…).

Le professionnel apportera, en plus, un soutien moral non négligeable et aide le fumeur à tenir bon dans son sevrage tabagique.

 

Qu’en est-il des contre-indications ?

Il existe certaines idées reçues sur les substituts nicotiniques.

Il est faux de croire que ces produits sont contre-indiqués chez les patients coronariens ou ceux qui souffrent d’une maladie cardiovasculaire.

C’est le monoxyde carbone, issu de la combustion d’une cigarette classique, qui est mauvais pour ces personnes.

Ils peuvent notamment utiliser la cigarette électronique dans le cadre de leur sevrage.

De même les substituts nicotiniques peuvent très bien être prescrits aux femmes enceintes ou allaitantes.

Toutefois, le sevrage tabagique se fait idéalement sans y faire appel pour une femme qui attend un bébé.

Dans tous les cas, il est important de suivre le traitement sous l’égide d’un médecin et de respecter scrupuleusement les recommandations de ce dernier.

 

Quelle est l’efficacité des substituts nicotiniques ?

Il faut savoir que l’efficacité de tous les substituts nicotiniques est similaire. Il ne faut pas penser que le patch est le plus efficace.

Et que les gommes, les comprimés ou encore l’inhaleur le sont moins.

Néanmoins, il existe une question de préférence : certains opteront plutôt sur le patch tandis que d’autres miseront sur les comprimés.

Dans tous les cas, chaque traitement est unique et le dosage dépend du degré de dépendance physique de chacun.

 

Est-ce qu’on peut augmenter la dose de substitut pour un traitement plus efficace ?

Ce qu’il faut retenir, c’est que la dose de substitut nicotinique remplace la dose de nicotine qu’apportaient les cigarettes.

L’idéal serait alors de définir un dosage suffisant (qui ne soit pas ni trop bas ni trop élevé).

La dose de départ doit correspondre au niveau de dépendance du fumeur. Il est possible de l’augmenter un peu en fonction des symptômes de manque qui apparaissent.

À l’inverse, il est nécessaire de diminuer le dosage dans le cas où un surdosage est constaté. Dans ce cas, divers signes peuvent surgir comme des palpitations, des troubles du sommeil, de la diarrhée ou encore une sensation de bouche pâteuse.

 

La durée du traitement

En ce qui concerne la durée du traitement, il ne suffit pas de quelques jours. Le manque persiste pendant environ un mois et est particulièrement intense pendant les deux premiers jours.

La prise de substituts nicotiniques durera alors près de 6 semaines et pourra être poursuivie jusqu’à 6 mois (et pas plus).

Quant à la dose de nicotine, elle doit être diminuée petit à petit jusqu’à un taux zéro.

Et voici une petite vidéo qui essaie de répondre à la question de savoir s’il faut ou non prendre des substituts nicotiniques :

Arrêt tabac bienfait : Substituts nicotiniques

Anticiper et surmonter les effets secondaires pour un sevrage tabagique réussi

La décision d’arrêter de fumer constitue le point de départ d’une longue et palpitante aventure. Très vite, des effets secondaires liés au sevrage tabagique vont se manifester.

Nombreux sont ceux qui ont tendance à se décourager lorsque les symptômes désagréables liés à l’arrêt du tabac se manifestent.

Mais il faut tenir bon, car ils sont temporaires et laisseront bien vite la place à des sensations plus agréables. Et surtout, vous cesserez d’être prisonnier d’une mauvaise habitude.

Il faudra surmonter de nombreux obstacles mais la récompense, au bout du chemin, en vaut largement la peine.

Il est alors important d’être bien préparé et de connaître les effets possibles du sevrage et prévoir des solutions pour en venir à bout.

Effets secondaires du sevrage tabagique

Effets secondaires du sevrage tabagique

© Fotolia.com

Quels sont donc les effets secondaires du sevrage tabagique et comment les surmonter ?

 

Effets secondaires de l’arrêt du tabac

Arrêter de fumer est une très bonne décision. C’est faire un pas de plus vers la liberté et vers une meilleure santé.

Mais c’est aussi un véritable parcours du combattant étant donné les nombreux effets secondaires auxquels il faut faire face.

En plus du manque qui va surgir et s’intensifie au fil du temps, il existe aussi différents symptômes physiques comme les maux de tête ou encore la toux.

Il faut néanmoins garder à l’esprit que ces effets secondaires sont inévitables, mais temporaires !

Il se révèle alors judicieux d’anticiper ces manifestations désagréables pour mieux y faire face. De cette manière, vous n’êtes pas pris au dépourvu et vous êtes bien préparé…

Avant poursuivre, voici une vidéo qui dévoile quelques facteurs qui freinent l’arrêt du tabac :

 

Un symptôme de sevrage incontournable : le manque

En tête de liste des symptômes de sevrage tabagique, on retrouve le manque qui peut se ressentir aussi bien au niveau physique que psychologique.

En ce qui concerne le manque physique, il peut être comblé avec des substituts nicotiniques, comme la gomme, le patch, l’inhalateur ou encore le comprimé.

Pour être certain d’adopter le bon dosage, la bonne fréquence et la bonne durée de traitement, il est préférable de se faire prescrire ce produit par un médecin ou autre spécialiste.

Au niveau du manque psychologique, il est judicieux de suivre une thérapie auprès d’un spécialiste. Il s’agit en effet, de reprogrammer des habitudes fortement ancrées en vous.

Dans tous les cas, il est important de bénéficier du soutien de vos proches dans votre démarche. Les encouragements et la présence des personnes qui vous sont chères vous aident à mieux tenir.

 

Les effets sur le tempérament

A l’arrêt du tabac, il est possible que votre tempérament change du tout au tout. Vous pouvez devenir désagréable envers tout le monde.

Vous êtes irritable et le stress semble ne plus vous quitter. En réalité, c’est un autre effet du manque.

Parce que votre corps (et votre esprit) réclame sa dose de cigarette (ou plus précisément de nicotine) et parce que vous n’allez pas satisfaire ce besoin, cela impacte sur votre moral.

Une fois de plus, le recours à des substituts nicotiniques permet de remédier à la situation.

Il est aussi judicieux d’adopter des méthodes de relaxation comme la respiration profonde, le yoga ou encore la méditation pour être plus zen.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

 

La prise de poids

Parmi les effets du sevrage particulièrement redoutés, il y a également la prise de quelques kilos. Nombreux redoutent de gagner du poids au lendemain de l’arrêt du tabac.

Il faut savoir qu’en cessant de fumer, on gagne inévitablement du poids, mais ce gain est de l’ordre de seulement trois ou quatre kilos.

Pour ne pas « gonfler » après le sevrage, il existe plusieurs méthodes simples qui peuvent être adoptées pour garder la ligne.

Il faut alors faire attention à votre alimentation, limiter les aliments gras et sucrés. Parallèlement, il est recommandé de se lancer dans la pratique assidue d’activités physiques.

 

Un manque de concentration

Le manque ou la difficulté de concentration peut survenir à l’arrêt du tabac. Néanmoins, le futur ex-fumeur ne doit pas s’alarmer, car il s’agit d’un effet temporaire.

Nombreux se disent alors qu’ils pourraient facilement retrouver leur capacité en grillant une, mais il ne faut surtout pas céder.

Ici encore, l’utilisation de substituts nicotiniques permet de faire face à la situation et de patienter jusqu’à ce que vous retrouviez vos pleines capacités.

En outre, il faut garder à l’esprit que la fumée de la cigarette asphyxie littéralement votre cerveau, bridant littéralement vos capacités intellectuelles. En disant adieu au tabagisme, vous boostez votre intelligence.

 

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer

Certaines personnes se disent qu’après de nombreuses années de tabagisme, arrêter n’en vaut plus la peine. De toute façon, le corps est déjà « pollué ».

NON ! Il ne faut surtout pas avoir cet état d’esprit. Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Peu importe votre âge et quelle que soit votre ancienneté en tant que fumeur, le sevrage est toujours avantageux.

Votre santé s’améliorera sans aucun doute et vous vivrez beaucoup mieux en vous débarrassant de ce produit toxique qui empoisonne votre corps et votre vie.

 

Enfin, il faut arrêter de vous dire que la cigarette était un plaisir dans votre vie et que vous allez vous priver de quelque chose de bien.

Le tabagisme n’a rien de bien. Il est mauvais pour votre santé tout en étant nocif pour votre entourage.

Cesser le tabac n’apportera que des effets positifs sur le long terme et vous serez bien fier de vous une fois que vous aurez franchi le pas avec succès.

Arrêt tabac bienfait : Effets secondaires du sevrage tabagique

Nos conseils pour comprendre et combattre l’envie de fumer

L’envie de fumer est vraiment une traîtresse. Lorsque vous ressentez cette pulsion, vous avez beaucoup de mal à la combattre.

Pour mieux venir à bout de votre « ennemie », en l’occurrence la cigarette, vous devez comprendre cette emprise qu’elle a sur vous.

Pourquoi avez-vous tant besoin et envie de fumer ? En comprenant le fonctionnement de votre addiction, vous pourrez plus efficacement la vaincre.

Il s’agit d’une véritable bataille, mais la victoire est à votre portée.

Envie de fumer

Envie de fumer

© Fotolia.com

Voici alors nos conseils pour comprendre et combattre l’envie de fumer…

 

Arrêter de fumer : un véritable combat

Arrêter de fumer est un véritable parcours du combattant. Nombreux sont les fumeurs qui ont essayé à plusieurs reprises de se débarrasser de leur mauvaise habitude sans y parvenir.

Chaque fois, vous vous dites que c’est votre dernière tige, que vous n’allez plus jamais en griller une.

Puis, l’envie de fumer vous a assailli, plus pressante que jamais. Votre pulsion a même viré à l’obsession.

Si bien que votre humeur s’en est ressentie. Vous êtes devenu irritable et colérique et la moindre anicroche vous met sur les nerfs.

Et puis, il y a différents éléments qui ne font qu’exacerber votre envie. D’abord, vos petites manies, comme le café du matin, ou tout simplement la vue de vos amis fumeurs.

Au final, l’envie a été plus forte et vous vous êtes dit « juste une dernière ». Malheureusement, ce fut le déclencheur et vous avez rechuté.

Certains se disent alors qu’ils essaieront une autre fois tandis que d’autres se désespèrent de ne jamais y arriver.

Pour gagner la guerre contre la cigarette, il est primordial de comprendre les origines de cette envie

 

Pourquoi avez-vous envie de fumer ?

Il existe deux facteurs qui entrent en ligne de compte dans votre envie de fumer : le physique et le psychologique.

Vous ressentez ce besoin parce que votre corps réclame, de la nicotine notamment. Mais il se crée également une dépendance psychologique à ne surtout pas négliger.

Ainsi, les fumeurs essayant de se sevrer du tabac qui font appel à des substituts nicotiniques (patchs ou gommes) continuent d’avoir envie de fumer même si le besoin physique est comblé.

Combattre l'envie de fumer

Combattre l’envie de fumer

© FreeDigitalPhotos.com

Si le facteur psychologique est si influent, c’est parce que fumer est devenu une habitude ou un rituel. Vous en grillez systématiquement une au réveil, après le repas, en buvant votre café, lorsque vous réfléchissez ou encore lorsque vous buvez de l’alcool.

Plus important encore, la cigarette est parfois devenue un compagnon en situation difficile comme le stress, la solitude, la colère, la tristesse ou encore l’ennui.

Parfois, vous ne vous rendez même pas compte que vous avez allumé une cigarette. C’est devenu automatique. Cet automatisme est ancré au niveau de votre subconscient, d’où la difficulté de s’en débarrasser.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il ne faut pas uniquement se focaliser sur la satisfaction du besoin physique.

Il vous faut également tenir compte des paramètres psychologiques. Même si vous voulez vraiment arrêter, il existe une partie de vous, au plus profond de vous qui vous incite à fumer encore.

En pratique, vous pourrez suivre des thérapies comme la TCC ou thérapie cognitivo-comportementale, ou encore l’hypnose qui vous permet d’influencer positivement le subconscient.

 

Les blocages au sevrage tabagique : vos appréhensions

Il existe également certains blocages qui vous empêchent de vous sevrer efficacement du tabac. En première ligne, on retrouve vos différentes appréhensions.

Même si vous savez bien qu’il existe de nombreux avantages à arrêter de fumer (notamment sur la santé, sur les finances ou encore sur la relation avec l’entourage), vous nourrissez quand même quelques craintes.

Vous vous dites que vous allez abandonner quelque chose qui vous donnait du plaisir. Que vous n’allez plus disposer d’une « aide » dans vos situations difficiles.

Il y a également la peur de gagner quelques kilos supplémentaires et indésirables.

Puis, vous songez à tout le mal que vous allez subir durant le sevrage tabagique, le manque et tout le cortège d’effets secondaires.

Ces différentes appréhensions sont naturelles, mais elles ne doivent pas vous empêcher d’avancer.

Attention, vous ne devez pas non plus les ignorer. Par contre, vous allez mettre en place une stratégie pour les anticiper et optimiser vos chances de succès dans votre démarche de sevrage tabagique.

Et voici une vidéo qui propose quelques conseils pour surmonter l’envie de fumer :

Arrêt tabac bienfait : Envie de fumer

Pourquoi et comment dire adieu au tabagisme ?

Arrêter de fumer est une décision bénéfique à de nombreux égards. Cette décision s’accompagne d’une foule d’avantages sur votre santé et votre bien-être.

Dire adieu au tabagisme, c’est mieux vivre et être en bien meilleure santé.

Les risques d’être victime de cancers sont diminués. La probabilité de souffrir de pathologies cardiovasculaires diminue également.

A tout cela s’ajoutent les effets positifs pour votre entourage qui ne doivent plus subir la fumée toxique de la cigarette et ses méfaits.

Dire adieu au tabagisme

Dire adieu au tabagisme

© Fotolia.com

Découvrez alors pourquoi et comment arrêter de fumer pour vivre mieux…

 

Pourquoi faut-il arrêter de fumer ?

Arrêter de fumer est tout simplement vital. D’un côté, vous vous épargnez les nombreux effets négatifs de cette pratique sur votre santé.

Faut-il en effet rappeler que la cigarette peut causer des maladies graves comme les cancers (cardiovasculaires et broncho-pulmonaires) ?

La fumée que vous inhalez au quotidien détruit petit à petit vos voies respiratoires et s’attaque aussi à vos poumons.

Le pire, c’est que votre entourage est également concerné, se trouvant dans une situation de tabagisme passif.

Toute personne qui inhale la fumée est exposée à des risques plus ou moins sévères pour la santé.

D’un autre côté, arrêter la cigarette vous permet alors de vous sentir mieux et d’améliorer un peu plus votre santé au fil des jours.

 

Cesser la cigarette pour vous sentir mieux

Dès le moment où vous écrasez votre dernière cigarette, vous vous sentez déjà beaucoup mieux. Immédiatement, votre environnement de vie est assaini.

Plus de mauvaises odeurs ! Et surtout plus de fumée toxique qui rend tout le monde malade.

Vous vous rendez compte que votre maison (ou votre voiture ou encore votre bureau) est plus frais. Et votre entourage ne manquera d’ailleurs pas de vous remercier d’arrêter de les intoxiquer !

Mais le plus important encore, c’est que votre corps se sent mieux. Votre santé s’améliore de jour en jour. D’ailleurs les premiers bienfaits du tabac se ressentent presque tout de suite.

Ensuite, les effets positifs s’intensifient et vont durer toute la vie, tant que vous restez loin de la cigarette.

Dans tous les cas, il faut garder à l’esprit qu’il n’est jamais trop tard pour arrêter.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

 

Vous revivez : au fil des heures, des jours et des semaines

Après une vingtaine de minutes seulement après votre dernière cigarette, votre pression sanguine se normalise. De même que votre rythme cardiaque.

Après une journée, votre organisme a éliminé tout le monoxyde de carbone.

Une journée suffit aussi pour que les poumons se purifient, éliminant le mucus et les restes de fumée. En même temps, l’organisme se débarrasse de la nicotine. À ce stade, le manque peut se faire ressentir.

Après deux jours, vous retrouvez le goût et l’odeur des choses.

Trois jours après l’arrêt du tabac, vous respirez plus aisément et vous avez plus d’énergie.

Entre 3 et 9 mois après le sevrage, vos problèmes de respiration et votre toux se calment. Vous respirez encore mieux et il devient de plus en plus rare que vous soyez essoufflé.

Vous avez alors une voix plus assurée (moins rocailleuse) et votre peau devient plus claire et plus lumineuse avec des rides moins marquées.

Vos dents blanchissent et vous perdez cette haleine fétide propre aux fumeurs.

Vous êtes désormais moins irritable et votre corps redevient lui-même. Vous êtes moins stressé physiquement et le manque est de moins en moins présent.

 

Vous vivez mieux et plus longtemps !

En arrêtant le tabac, vous vivez donc beaucoup mieux. Votre espérance de vie augmente, notamment parce que vous n’êtes plus exposé aux maladies respiratoires et cardiovasculaires.

En arrêtant à 40 ans, la longévité hausse de 7 ans. Elle augmente respectivement de 4 et de 3 ans si vous arrêtez à 50 et à 60 ans.

Un an après la dernière cigarette, il y a 50 % de risque en moins d’être victime d’un infarctus du myocarde. Le risque d’être touché par un AVC est le même que celui d’une personne qui ne fume pas.

Le risque d’être atteint d’un cancer du poumon diminue aussi. Et plus on arrête tôt, plus ce risque est moindre. Mais, une fois de plus, il n’est jamais trop tard pour arrêter, il y a toujours un bénéfice à retirer.

 

Alors, comment arrêter de fumer ?

Une fois que la décision est prise d’arrêter de fumer, différentes méthodes peuvent être adoptées pour atteindre cet objectif.

Vous pouvez entreprendre cette démarche par vous-même, mais l’idéal est de vous faire accompagner par des spécialistes.

Ça peut être votre médecin ou un autre professionnel de la santé (un tabacologue ou un addictologue par exemple).

Il existe d’ailleurs des structures spécialisées qui se dédient dans le soutien des fumeurs désireux de dire adieu au tabagisme.

Vous pouvez alors bénéficier d’un suivi personnalisé et d’un accompagnement psychologique si besoin.

Que ce soit seul ou avec une aide extérieure, l’usage de substituts nicotiniques s’avère indispensable pour mieux lutter contre le manque.

Et pour être certain d’utiliser le bon produit, à la bonne dose, il reste nécessaire de se renseigner, notamment auprès de Tabac Info Service joignable via la ligne 3989 et un site Web.

Enfin, voici une vidéo qui rappelle les bénéfices d’arrêter de fumer et encourage à dire définitivement adieu à une mauvaise habitude qui tue :

 

Arrêter de fumer est bénéfique, c’est indéniable. Pour augmenter les chances de succès de votre sevrage tabagique, soyez bien entouré, par vos proches, mais également par des spécialistes qui vous prodigueront de bons conseils tout au long de votre démarche.

Arrêt tabac bienfait : comment dire adieu au tabagisme

Effets négatifs du tabac : des risques bien réels !

Les effets négatifs du tabac sont très nombreux. Cette mauvaise habitude peut entraîner des maladies aussi graves que le cancer.

Quelques « petites » bouffées par jour peuvent conduire vers des maladies respiratoires et cardiovasculaires.

Au fil des années de tabagisme, l’organisme s’affaiblit et est exposé à des pathologies toujours plus sévères. L’espérance de vie diminue également avec le temps.

Et les dangers sont encore plus grands chez les personnes sensibles et fragiles comme les femmes enceintes ou les seniors.

Et puis, il y a la dépendance dont les fumeurs sont victimes et dont il est important de se débarrasser…

Effets négatifs du tabac

Effets négatifs du tabac

© Fotolia.com

Alors, pourquoi et comment arrêter de fumer et ne plus être victime des effets négatifs du tabac ?

 

Le tabagisme : des effets sur les fumeurs et les non-fumeurs

Quand on parle de tabagisme, il s’agit de cette mauvaise habitude qu’ont certaines personnes de fumer des cigarettes tout au long de la journée.

Elles diffusent alors des fumées toxiques qui les empoisonnent inexorablement.

Malheureusement, en plus de faire du mal à leur propre personne, les fumeurs intoxiquent également leur entourage.

C’est ce que l’on appelle le tabagisme passif. Les gens qui vivent avec des fumeurs respirent également la fumée et inhalent la dangereuse fumée.

Toute personne en contact de cette fumée (en plus des fumeurs) est exposée à ses effets négatifs. Il faut mettre fin à ce véritable massacre !

Il est nécessaire de cesser totalement et définitivement le tabac. Oui, il faut souligner que même une seule cigarette par jour est nocive.

Cancers, maladies respiratoires, pathologies cardiovasculaires et effets sur la grossesse… Voilà autant de dangers du tabagisme.

 

Le tabac cause des cancers

Parmi les effets négatifs du tabac, on retrouve une longue liste de cancers. Il faut notamment savoir que près de 25 % des cancers sont liés à la cigarette.

Par ailleurs, en France, 9 cas de cancers du poumon sur 10 ont un lien avec le tabagisme actif.

En outre, le risque de souffrir d’un cancer bronchique est multiplié par dix chez un fumeur par rapport à une personne qui n’a jamais touché à la cigarette.

Dans tous les cas, il faut savoir que la cigarette reste dangereuse, même pour les « petits » fumeurs. Et les effets vont en s’aggravant en fonction du niveau de consommation et de l’ancienneté.

En ce qui concerne les non-fumeurs exposés à la fumée et qui se trouvent alors dans une situation de tabagisme passif, le risque d’être touché par un cancer du poumon est multiplié par 0,25 par rapport à quelqu’un qui est préservé de la fumée.

Il faut savoir qu’il existe plusieurs cancers dont l’apparition est favorisée par le tabagisme. Il s’agit notamment de ceux qui touchent les lèvres, la bouche, la gorge, le pancréas, l’œsophage, la vessie ainsi que les reins.

Enfin, il y a aussi les risques de cancer de la peau. Cette dernière a d’ailleurs tendance à vieillir plus vite.

Effets négatifs du tabac

Effets négatifs du tabac

© FreeDigitalPhotos.net

 

Le tabac favorise les maladies cardiovasculaires et les pathologies respiratoires

Le tabagisme constitue un facteur favorisant l’apparition de troubles cardiovasculaires.

Fumer augmente les risques de souffrir de pathologies assez graves comme les AVC, l’infarctus du myocarde, l’hypertension artérielle ou encore l’artérite des jambes.

Cette mauvaise habitude augmente aussi les risques d’apparition de troubles respiratoires comme le BPCO ou broncho-pneumopathie obstructive.

À noter que plus de 8 cas sur 10 de BPCO concernent des fumeurs ou des ex-fumeurs.

Si le tabagisme est poursuivi alors que cette maladie a été diagnostiquée, celle-ci peut s’aggraver et évoluer vers une insuffisance respiratoire.

Il faut aussi remarquer que chez les patients souffrant d’une BPCO, le risque d’être touché par un cancer du poumon est doublé.

En matière de maladies respiratoires, les crises d’asthme ont tendance à être plus fréquentes et plus graves chez les personnes qui fument ou sont exposées à la fumée de cigarette.

 

Les effets négatifs du tabac chez les futures mamans

D’abord, il faut souligner que le tabagisme peut avoir des effets négatifs sur la conception d’un enfant.

En effet, fumer diminue la fertilité et cela est valable aussi bien chez les hommes que chez la femme.

Les chances de tomber enceinte sont également réduites en cas de procréation avec assistance médicale.

Dans tous les cas, le délai d’attente avant une fécondation est plus long par rapport aux personnes qui ne fument pas.

Dans le cas où une grossesse s’est installée, le tabac constitue un risque pour l’enfant à venir. Les risques de grossesse extra-utérine et de fausse couche sont plus élevés.

On constate également un pourcentage plus élevé d’accouchements prématurés chez les mères qui fument. Par ailleurs, le bébé qui vient au monde affiche souvent un faible poids de naissance.

À souligner que si la femme enceinte n’est pas fumeuse, mais est exposée à la fumée de tabac, le risque reste présent, mais moins important.

Enfin, le risque de mort subite du nourrisson est plus important lorsque la maman est fumeuse.

Voici une vidéo qui propose un résumé des effets négatifs du tabac sur l’organisme :

Arrêt tabac bienfait : Effets négatifs du tabac

Rechercher populaires:

Comment arrêter de fumer avec un tabacologue ?

Le tabac, vous voulez vraiment en venir à bout. Avec l’aide d’un spécialiste, vous mettez toutes les chances de succès de votre côté.

Pour vous accompagner dans votre démarche pour arrêter de fumer, vous pouvez vous confier à un tabacologue.

Ce professionnel de la possède les connaissances, les compétences et l’expérience nécessaires pour vous offrir la meilleure des assistances dans le cadre de votre « combat » contre la cigarette.

En plus de vous prodiguer de précieux conseils, il est à l’écoute et peut prescrire des traitements favorisant le sevrage…

Arrêter de fumer avec un tabacologue

Arrêter de fumer avec un tabacologue

© Fotolia.com

Alors, comment arrêter de fumer avec l’aide d’un tabacologue ?

 

Arrêter de fumer : le rôle du tabacologue

La première étape pour arrêter de fumer consiste tout simplement à prendre la décision de se débarrasser d’une addiction fatale qui implique de nombreux effets négatifs.

Mais il ne suffit pas toujours d’une bonne volonté pour se débarrasser de la cigarette.

En effet, la chair étant faible et même si vous avez un mental d’acier, pour parvenir à arrêter de fumer surtout après des mois voire des années d’addiction, la solution la plus intéressante serait d’agir d’une manière plus ciblée, professionnelle, faisant en sorte de résoudre le problème en profondeur.

Justement, le rôle du tabacologue est de vous aider à traiter votre addiction à la source, afin d’assurer des résultats efficaces et pérennes.

Le tabacologue est un professionnel de la santé. Le plus intéressant, c’est que n’avez pas nécessairement à chercher loin cette aide extérieure pour votre sevrage définitif.

Consultez notamment votre médecin généraliste ou spécialiste, un infirmier, un kiné ou encore votre psychologue : celui-ci a peut-être été formé pour aider les patients à se débarrasser de la cigarette.

A souligner néanmoins que certains tabacologues travaillent spécialement dans un centre dédié à la lutte contre le tabac.

Vous pouvez alors directement vous diriger vers ce type de centre d’aide aux fumeurs ou un tabacstop afin d’entamer votre sevrage dans les meilleures conditions.

Et pour rester anonyme ou pour plus de discrétion, vous avez la possibilité de profiter d’une prise en main individuelle.

 

Qu’est-ce que le tabacologue peut apporter de différent dans votre tentative de sevrage ?

En tant que professionnel de la santé spécialisé dans l’accompagnement à l’arrêt du tabac, le tabacologue est plus à même de définir ces petits problèmes qui font que vous ne parvenez pas à résoudre ce grand problème : la cigarette.

En effet, pour dire adieu au tabac, il est primordial de tenir compte de plusieurs critères qui ont un impact sur la bonne marche du sevrage.

Par exemple, une personne ayant commencé à fumer plus jeune aura sans doute un corps plus habitué au tabac.

Puis, les raisons ayant poussé à fumer diffèrent d’une personne à une autre. Et souvent, ces raisons sont les mêmes que celles de la rechute. L’on parle alors de circonstances favorisantes.

Après avoir défini ces divers facteurs, arrêter de fumer devient aussi plus facile avec un tabacologue dans la mesure où celui-ci se charge en outre de vous faire passer des tests.

Grâce à cela, il peut établir le meilleur programme de sevrage, plus adapté à votre personne, votre profil, votre histoire, vos prédispositions.

Le médecin spécialisé dans l’accompagnement à l’arrêt du tabac teste ainsi à quel point vous êtes motivé à vous débarrasser de votre péché pas si mignon, puis il définit votre degré de dépendance psychique et comportementale :

comment réagissez-vous à la cigarette quand vous la fumez ? Vos émotions définissent alors les facteurs favorisants.

Arrêter de fumer avec un tabacologue

Arrêter de fumer avec un tabacologue

© FreeDigitalPhotos.net

 

De quelle manière fumez-vous ?

La manière dont vous fumez peut déterminer l’évolution de votre sevrage.

Un sujet qui « crapote » sera moins intoxiqué : son corps contiendra moins de monoxyde de carbone ou CO. L’arrêt du tabac est plus facile dans ce cas.

Un fumeur qui grille plusieurs cigarettes par jour, et de façon intense, aura plus de mal à se débarrasser de son addiction.

Les habitudes du fumeur constituent ainsi un autre point déterminant de votre démarche vers l’arrêt du tabac avec un tabacologue :

celui-ci définira notamment la quantité moyenne de CO expirée dans l’air en fumant afin de mieux vous guider dans votre programme.

 

Faire appel à un tabacologue est-il le seul recours pour arrêt efficacement la cigarette ?

Le programme d’un accompagnement vers le sevrage varie d’un individu à un autre.

Cependant, dans tous les cas, le tabacologue est là pour vous écouter, vous soutenir tout en vous aidant à amplifier votre motivation à arrêter de fumer.

La consultation de ce spécialiste de la santé est incontournable dans différents cas :

  • vous avez déjà appliqué en vain d’autres méthodes pour dire stop à la cigarette ;
  • vous êtes enclin aux rechutes ;
  • vous êtes très dépendant à la nicotine ;
  • vous êtes malade ou enceinte et qu’il vous faut absolument vous défaire de la cigarette.

Ce praticien vous apportera une aide précieuse si vous n’y parvenez apparemment pas tout seul.

 

Le début du sevrage proprement dit

Vous avez eu votre première consultation auprès d’un spécialiste de l’accompagnement à l’arrêt du tabac ?

Généralement, l’étape suivante de votre programme de sevrage consiste à prendre des substituts nicotiniques.

8 à 15 jours après, votre médecin évalue à nouveau votre sevrage.

Durant 3 à 6 mois, celui-ci travaille ensuite, avec votre collaboration, à mieux prévenir une rechute.

De votre côté, vous devez coopérer et suivre minutieusement les conseils de votre médecin pour optimiser vos chances de succès.

Voici une vidéo qui dévoile les conseils d’une infirmière tabacologue. Celle-ci souligne notamment l’importance de souhaiter l’arrêt du tabac et de s’en défaire d’abord pour soi-même :

Arrêt tabac bienfait : Arrêter de fumer avec un tabacologue

L’hypnose pour dire définitivement adieu à la cigarette

Arrêter de fumer est difficile, c’est un fait. Mais ce n’est pas impossible et il existe de nombreuses techniques intéressantes qui peuvent vous aider à dire adieu à la cigarette.

L’hypnose en fait partie. Cette méthode alternative accentue votre désir, votre envie et votre détermination à arrêter de fumer.

Au fur et à mesure des séances, vous prenez pleinement conscience du caractère inutile voire dangereux de la cigarette.

Vous vous rendez bien compte que cette habitude est mauvaise et néfaste. Vous vous débarrassez petit à petit de votre addiction.

Hypnose pour arrêter de fumer

Hypnose pour arrêter de fumer

© Fotolia.com

Alors, comment faire appel à l’hypnose pour dire définitivement adieu à la cigarette ?

 

Hypnose pour arrêter de fumer : pour qui ?

L’hypnose est une technique qui a fait ses preuves pour arrêter de fumer. Néanmoins, ce n’est pas une technique qui convient à tout le monde.

Premièrement, le fumeur doit pleinement croire à l’efficacité de cette méthode pour pouvoir en profiter.

Les sceptiques n’en bénéficieront pas car, dans ce cas, il existe un blocage intérieur qui empêchera l’atteinte des objectifs.

Il est aussi important que le fumeur prenne lui-même l’initiative d’arrêter de fumer et de jouir des effets bénéfiques de l’hypnose, dans le cadre.

Il est ainsi essentiel que la personne qui va se sevrer du tabac soit bien motivé à se débarrasser de la cigarette. C’est une condition importante pour la réussite d’une hypnothérapie.

Hypnose pour arrêter de fumer

Hypnose pour arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

 

Comment ça marche ?

Comment l’hypnose va-t-elle aider le fumeur à se débarrasser de la cigarette ? Grâce à des suggestions hypnotiques.

Le thérapeute va faire en sorte d’influencer le subconscient du sujet, faisant en sorte que celui-ci soit convaincu de l’utilité, des avantages voire de la nécessité de se débarrasser de la cigarette.

Une hypnothérapie fait appel à la volonté profonde du fumeur d’être délivré du tabagisme. Celle-ci est amplifiée, faisant en sorte que le sevrage soit un succès.

Le praticien va ainsi fournir différentes suggestions au fumeur après avoir mis ce dernier en condition.

Le patient doit, en effet, être réceptif. Pour cela, il doit être bien relaxé et libéré de toutes pensées parasites.

Il convient de souligner que l’hypnose peut fonctionner aussi bien pour des « petits » que des « gros » fumeurs.

En plus d’inciter le fumeur à se délaisser d’une mauvaise habitude, cette méthode permet d’atténuer les symptômes liés au manque.

 

Les suggestions pour arrêter de fumer

Au cours d’une séance d’hypnose pour arrêter de fumer, l’hypnothérapeute va alors fournir différents types de suggestions.

Le fumeur va tout entendre, mais il va s’imprégner des idées qui lui correspondent le plus.

Le praticien va notamment suggérer que le tabac cause des nausées et différents maux de tête, que fumer altère la respiration, que le tabac est un produit toxique, que la cigarette crée une véritable dépendance

La liberté se trouve au bout du chemin. En disant adieu à la cigarette, le fumeur se sent plus léger émotionnellement et physiquement. En outre, il s’épargne des risques graves sur sa santé.

 

Une relation de confiance entre le médecin et son patient

Pour augmenter les chances de succès d’une hypnose pour arrêter de fumer, il est essentiel qu’il se tisse une relation de confiance entre le médecin et son patient.

Le futur ex-fumeur doit totalement se sentir à l’aise et libre de communiquer au thérapeute ses peurs, ses angoisses et aussi ses espoirs.

Ces informations permettent d’ailleurs au praticien de mieux orienter les séances.

Voici une vidéo qui illustre bien la séance d’hypnose pour arrêter de fumer :

Arrêt tabac bienfait : hypnose

Les effets nocifs du tabac sur le mental et l’intellect

Le tabac est nocif, tout le monde le sait. Même les fumeurs connaissent les ravages de cette mauvaise habitude.

D’ailleurs, pour beaucoup, connaître les effets néfastes de la cigarette augmente la motivation à arrêter de fumer.

Parmi les conséquences désastreuses du tabagisme, on retrouve les impacts sur le mental et sur l’intellect.

En plus de rendre dépendant, la cigarette est mauvaise pour la mémoire et affecte les capacités intellectuelles.

Effets nocifs du tabac

Effets nocifs du tabac

© fotolia.com

Découvrez les nombreux effets nocifs du tabac sur le mental et l’intellect…

 

La cigarette rend dépendant

Les fumeurs le savent très bien. Le tabac entraîne de la dépendance. L’addiction est même très forte.

La cigarette est peut-être moins nocive que la cocaïne ou l’héroïne, qui sont des psychoactifs, mais elle provoque pratiquement le même degré de dépendance que ces drogues.

Le fait est que la nicotine contenue dans la cigarette crée des récepteurs au niveau du cerveau : les récepteurs nicotiniques.

Lorsque le fumeur est privé de nicotine, ces récepteurs exigent alors leur dose quotidienne, ce qui entraîne l’envie de fumer. Le fumeur ressent un genre d’inconfort, qui s’estompe lorsqu’il grille une cigarette.

Cet inconfort constitue un signe de manque que le fumeur tendra alors à combler à chaque fois.

Cela vaut au tabac de se classer dans la catégorie des drogues à « renforcement ». Le fumeur en demande toujours, même s’il sait que ce n’est pas bon pour sa santé.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

 

La cigarette nuit à la mémoire

Le tabac a également un effet néfaste sur la mémoire. Plusieurs études ont porté sur le sujet, et les résultats sont quasiment les mêmes : les personnes qui fument ont des capacités de mémorisation moins performantes par rapport aux non-fumeurs.

Pour leur part, des chercheurs de l’université d’Édimbourg ont récemment réalisé des études qui confirment encore une fois le lien entre tabac et altération de la mémoire.

Si l’on en croit les résultats de leurs recherches, la consommation de cigarette entraîne une accélération du vieillissement des couches extérieures du cerveau.

Le cortex cérébral est particulièrement touché par cette détérioration plus rapide. Cette région est pourtant le centre de la concentration, de l’attention et de la mémoire.

Il a été constaté que les fumeurs sont moins performants dans les tests de mémoire que les non-fumeurs.

À la longue, ces lésions peuvent s’aggraver et entraîner des problèmes de mémoire sérieux, accentuant les effets et la progression de maladies comme l’Alzheimer.

 

La cigarette rend moins intelligent

En plus de la mémoire, la cigarette touche également d’autres capacités cognitives. Les fumeurs seraient notamment moins intelligents que les non-fumeurs ou, du moins, moins vifs sur le plan intellectuel.

D’après une étude anglaise sur le sujet, qui a été réalisée par les chercheurs du King’s College de Londres, la consommation de cigarette réduirait largement les fonctions cognitives d’une personne.

Ce déclin intellectuel serait lié aux problèmes cardio-vasculaires auxquels les fumeurs sont sujets.

Selon les recherches entreprises par ces scientifiques, les maladies cardio-vasculaires entraîneraient, en effet, une détérioration plus rapide du fonctionnement cognitif.

En particulier lorsque le sujet n’adopte pas une bonne hygiène de vie, c’est-à-dire une alimentation équilibrée et des pratiques sportives, entre autres.

Même si l’effet de la cigarette sur le cerveau est indirect, il reste bel et bien réel.

 

La cigarette réduit les capacités d’apprentissage

Dans la mesure où le cortex cérébral est touché directement par la cigarette, un fumeur a beaucoup plus de difficultés à se concentrer.

Il a plus de mal qu’un non-fumeur à focaliser son attention et est moins performant en termes d’enregistrement et d’apprentissage.

L’équipe du Dr Pier-Vincenzo Piazza de Bordeaux a, par ailleurs, réalisé des expériences sur des rats pour mesurer l’impact de la nicotine sur leur cerveau. Ils ont injecté des doses de nicotine régulières à des rats adultes.

Résultat : au bout de 45 jours d’injection, l’hippocampe des sujets a été endommagé. Chez le rat comme chez l’humain, cette zone est pourtant responsable de la mémorisation et de l’apprentissage.

Ce qui expliquerait la réduction de la performance cognitive du fumeur. Toujours selon cette même étude, il a été noté que plus la dose de nicotine injectée est élevée, plus les cellules du cerveau sont abîmées.

Chez un fumeur régulier, le nombre de nouveaux neurones responsables de l’apprentissage est réduit à la moitié.

 

La cigarette ne déstresse pas. Au contraire…

Enfin, il faut mettre le holà sur une idée reçue : le tabac est un faux antistress.

En effet, lorsque les fumeurs grillent une cigarette pour se détendre et combattre leur anxiété, ils sont seulement en train de tomber dans un piège.

En vérité, la sensation d’apaisement apportée par la cigarette au moment de la prise consiste seulement en un sentiment de satisfaction apportée par la nicotine.

Lorsque le phénomène de manque se ressent, le fumeur a l’impression d’être stressé et inconfortable.

Il croit alors que c’est la cigarette qui le détend, mais ce n’est définitivement pas le cas.

Au contraire, le risque d’anxiété est beaucoup plus élevé chez les fumeurs : il est multiplié par 5,5 par rapport aux non-fumeurs.

Le risque de troubles de panique est également multiplié par 15. L’effet antistress de la cigarette n’est qu’un leurre.

Pour terminer, voici une vidéo qui rappellent les nombreux effets néfastes de la cigarette sur l’organisme :

 

Prendre conscience de ces effets nocifs du tabac permet aux fumeurs d’être encore plus motivés à arrêter la cigarette.

Il faut se rendre à l’évidence : le tabac est mauvais à tous les niveaux et il est plus que temps de s’en débarrasser.

Arrêt tabac bienfait : effets nocifs du tabac

Comment arrêter de fumer aujourd’hui et pas un autre jour ?

La cigarette est mauvaise, c’est un fait. Malgré les nombreux effets néfastes du tabagisme, il reste difficile de s’en débarrasser.

Prendre la décision d’arrêter de fumer n’est que le point de départ d’une longue et rude épopée.

Vous devez trouver la bonne méthode pour vous libérer de la mauvaise habitude qui vous enchaîne depuis si longtemps.

Votre résolution : « arrêter de fumer aujourd’hui ». Oui ! Aujourd’hui et pas un autre jour.

En raisonnant ainsi, vous aurez plus de chance de cesser définitivement le tabac. C’est ici et maintenant que ça se passe.

Ne songez pas à ce qui va se passer demain ou après-demain. C’est tout de suite que vous devez agir…

Comment arrêter de fumer aujourd’hui

Comment arrêter de fumer aujourd’hui

© Fotolia.com

Alors, comment arrêter de fumer aujourd’hui et pas un autre jour ?

 

Pourquoi arrêter de fumer aujourd’hui ?

Arrêter de fumer n’est définitivement pas une démarche facile. Après avoir pris une décision qui va bouleverser positivement votre vie, vous devez trouver la bonne méthode.

Il est très important d’évite d’anticiper et de se poser des questions sur ce qui va se passer dans quelques années.

C’est aujourd’hui que ça se passe. C’est maintenant que vous allez arrêter de fumer et pas plus tard. Ensuite, vous allez avancer pas à pas.

Comme le proverbe le dit si bien : « à chaque jour suffit sa peine ».

Tous les jours, dès le réveil, répétez toujours la même phrase : « Aujourd’hui, j’arrête de fumer ». Ne ressasser pas vos échecs d’hier et ne pensez pas à ce qui pourrait se produire demain.

Chaque jour, vous allez fournir tous les efforts nécessaires pour vous défaire d’une mauvaise habitude qui vous gâche la vie.

Volonté pour arrêter de fumer

Volonté pour arrêter de fumer

© Fotolia.com

A chaque seconde, minute et heure qui passe, votre objectif est de ne plus toucher une seule cigarette. Vous allez d’ailleurs fournir de gros efforts dans ce sens.

Vous devez, par ailleurs, entretenir votre volonté et votre détermination. Tenez bon ! Chaque fois que vous parvenez à ne pas fumer, c’est une petite victoire.

Et chaque petite victoire vous mène vers un arrêt total de la cigarette.

Au début, c’est difficile et c’est normal. Mais pensez à tout le bénéfice que vous allez en retirer.

Aujourd’hui, vous arrêtez, demain vous serez en meilleure santé. Vous vous donnez une chance de reprendre votre vie en main et de vous sentir mieux.

A noter qu’il n’est pas nécessaire de fixer des objectifs trop ambitieux : ne vous précipitez pas et faites un petit pas à chaque fois.

Il vaut mieux avancer avec assurance sur une petite distance que de s’imposer un véritable marathon et risquer de se perdre rapidement votre belle motivation.

 

Lancez-vous sans attendre !

Arrêter de fumer sans attendre est une méthode efficace. Lorsque vous dites, je vais arrêter de fumer aujourd’hui, faites-le vraiment !

Ne remettez pas sans cesse à demain, à la semaine prochaine ou encore au mois prochain.

Laissez tomber toutes les excuses qui vous empêchent de vous débarrasser de la cigarette.

Lancez-vous tout de suite. C’est bien de choisir une date pour changer de vie, mais vous risquez d’être obnubilé par cette journée fatidique.

Avant même le jour J, vous allez stresser et vous allez vous poser des tas de questions : « vais-je y arriver ? » « Est-ce que ce sera le bon moment ? »

En vérité, il n’y a pas de moment parfait. Il est judicieux d’y aller une bonne fois pour toutes. Cela vous épargnera les questions et le stress lié à l’anticipation.

Agissez dès maintenant. Il existe un proverbe africain qui dit : « Agissez même si vous n’êtes pas disposé, demain il sera peut-être trop tard ».

A partir de cet instant précis, vous allez donc cesser la cigarette. Vous répèterez chaque matin, dès le saut du lit, que vous allez dire adieu au tabagisme, TOUT DE SUITE. Ne cessez jamais de le dire jusqu’à ce que vous soyez totalement libéré.

Arrêt tabac bienfait : Comment arrêter de fumer aujourd’hui

Arrêter de fumer en 10 étapes : votre programme de sevrage tabagique

Vous pensez sérieusement à arrêter de fumer ? Après avoir pris la décision de vous débarrasser d’une mauvaise habitude qui ruine votre santé, vous devez établir un plan d’action.

Allez-y étape par étape sachant que c’est une démarche difficile. Difficile mais pas impossible.

Pour mettre toutes les chances de réussite de votre côté, vous ne devez rien laisser au hasard.

En plus d’entretenir votre motivation, vous devez vous tenir éloigné de toute source de tentation.

Parallèlement, pensez aux techniques à utiliser pour lutter contre les pulsions et pour éviter la rechute.

Arrêter de fumer en 10 étapes

Arrêter de fumer en 10 étapes

© iStock

Voici alors 10 étapes à suivre pour dire adieu à la cigarette :

 

Étape 1 : le pour et le contre

Faites une liste de ce que vous aimez et de ce que vous n’aimez pas dans la cigarette.

Créez alors un tableau de deux colonnes. Répertoriez les aspects positifs dans la première et les côtés négatifs dans la seconde.

Vous pouvez par exemple dire que vous appréciez fumer avant un événement important, car cela réduit votre stress.

Vous n’aimez cependant pas le fait que fumer vous fasse tousser la nuit ou entraîne des disputes avec votre conjoint.

Dans tous les cas, la règle est de rester honnête envers vous-même.

Lorsque les côtés négatifs sont plus nombreux que les positifs, cela indique que vous êtes prêt à arrêter.

 

Étape 2 : définir les freins à l’arrêt

Faites une liste de ce qui pourrait rendre l’arrêt du tabac difficile. Associez ensuite chaque frein avec la solution à envisager.

Vous déterminez ainsi les raisons qui vous empêchent de vous sevrer facilement et réfléchissez à une option qui pourrait résoudre le problème.

Par exemple, si pensez que c’est la nicotine vous rend vraiment dépendant, écrivez à côté que l’alternative serait de remplacer la nicotine par autre chose, comme des fruits ou des noix par exemple.

 

Étape 3 : vos motivations

Faites une liste des raisons qui vous encouragent à arrêter et gardez cette liste à portée de main. L’idée est de vous rappeler vos motivations tous les jours.

Pensez à y inscrire le nom de votre enfant, celui de votre mari ou de votre femme, par exemple : en cessant de fumer, vous n’exposez plus les êtres qui vous sont chers à des substances chimiques nocives.

Vous pouvez également lister les effets néfastes de la cigarette sur votre santé : la réduction de la fertilité, l’altération des capacités cognitives, les risques de cancer et de maladies cardiovasculaires, entre autres.

De même, répertoriez tous les impacts positifs du sevrage tabagique à ce niveau : une meilleure santé, une respiration plus aisée, plus de toux, moins d’essoufflement…

Collez ensuite cette liste à un endroit que vous croisez tous les jours, afin de stimuler votre motivation à chaque fois.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

 

Étape 4 : un contrat avec vous-même

Établissez donc un contrat écrit avec vous-même et fixez une date pour arrêter de fumer. Vous pouvez demander à un proche d’être le témoin de ce contrat.

Votre témoin et vous signerez ce document.

 

Étape 5 : réduire la quantité de cigarettes fumées

En attendant la date choisie pour cesser le tabac, commencez déjà à réduire la quantité de cigarettes que vous fumez par jour.

Emportez seulement une ou deux cigarettes avec vous et mettez-les dans une boîte de pastilles par exemple.

Lorsque l’envie de fumer surgit, vous devez gérer automatiquement votre consommation dans la mesure où vous n’avez pas de cigarettes illimitées à disposition.

 

Étape 6 : mieux gérer les pulsions

Pour que vous puissiez combattre l’envie de fumer plus facilement, notez également les moments où celle-ci est la plus intense.

Déterminez le moment de la journée ou les activités qui vous inspirent le plus l’envie de fumer.

Changez ensuite ces habitudes et trouvez d’autres moyens pour vous faire plaisir.

Au lieu de fumer, vous pouvez notamment boire de l’eau, jouer avec vos enfants ou vos animaux de compagnie, faire le ménage, mâcher une gomme ou encore vous promener.

Notez tout ce qui vous vient par la tête. Le moment venu, vous n’aurez qu’à consulter cette liste.

 

Étape 7 : arrêter de fumer

Et puis, lorsque la date que vous avez choisie pour arrêter arrive, vous devez absolument respecter votre contrat.

Éliminez tout ce qui est lié au tabac : briquet, allumettes, cigarette ou encore cendrier.

Si nécessaire, débarrassez-vous également de l’allume-cigare de votre voiture, car ces articles vous rappellent la cigarette et, automatiquement, l’envie de fumer.

Dites-vous qu’à partir de ce jour, vous n’allez plus toucher à une seule cigarette. N’hésitez pas à demander au témoin de votre contrat de vous soutenir dans cette résolution.

Et voici une petite vidéo qui dévoile les différents bienfaits de l’arrêt du tabac :

 

Étape 8 : embrasser une vie de non-fumeur

Pendant les premiers jours de votre sevrage, appliquez des changements stricts dans vos habitudes.

Par exemple, au travail, choisissez de faire une partie de solitaire sur votre ordinateur ou de boire un peu de thé plutôt que de faire une pause cigarette.

Vous pouvez également sucer un cure-dent à la cannelle ou encore grignoter quelques noix à chaque fois que vous avez envie d’une cigarette.

 

Étape 9 : se rendre compte du bénéfice financier

Pour booster encore plus votre motivation, achetez un grand bocal en verre et mettez-y l’argent que vous auriez dépensé pour de la cigarette si vous continuiez à fumer.

La somme va augmenter très vite. Au final, utilisez cet argent pour quelque chose qui vous fera plaisir.

 

Étape 10 : être bien avec vous-même

Si, autrefois, vous aviez l’habitude de fumer une cigarette lorsque vous êtes stressé, en colère ou triste, vous devez désormais apprendre à évacuer vos émotions.

Au lieu d’étouffer ce que vous ressentez par de la fumée, exprimez-les autrement.

Osez dire ce que vous ressentez, faites des activités physiques, pleurez… Vos proches comprendront sûrement.

 

Enfin, le plus important est de garder à l’esprit que tout le monde peut arrêter de fumer. Il faut seulement avoir de la motivation et de la persévérance. Même si vous rechutez, essayez encore et toujours jusqu’à atteindre votre objectif.

Arrêt tabac bienfait : Arrêter de fumer en 10 étapes

Suivre une thérapie pour vaincre la dépendance au tabac

La dépendance au tabac est coriace, il n’est vraiment pas aisé de s’en débarrasser. Mais ce n’est pas une chose impossible.

Après avoir pris la décision de se débarrasser du tabagisme, il faut ensuite se donner les moyens de réussir dans cette démarche.

Etre motivé est très important. Avoir de la volonté également. Mais il est également essentiel de bénéficier du meilleur accompagnement durant la période de sevrage tabagique.

En plus d’une consultation chez un médecin (ou, mieux encore, chez un tabacologue), il s’avère judicieux de suivre une thérapie pour vaincre la dépendance au tabac.

Vaincre la dépendance au tabac

Vaincre la dépendance au tabac

© Fotolia.com

Comment se déroule une thérapie pour vaincre la dépendance au tabac et quels sont ses avantages et ses effets ?

 

Prendre la décision d’arrêter de fumer

Prendre la décision d’arrêter de fumer est le début d’une longue et rude bataille contre la cigarette, un ennemi redoutable.

Cesser le tabagisme constitue un véritable défi, mais vous pouvez très bien y arriver à condition d’adopter la bonne méthode.

Justement, il faut mettre l’accent sur le fait que stopper la cigarette sans aide est très difficile, voire impossible.

Un sevrage tabagique s’appuyant uniquement sur votre motivation, votre volonté et votre force intérieure reste envisageable mais les risques de rechute sont très importants.

Il existe ailleurs de nombreuses techniques qui peuvent être envisagées pour optimiser les chances de succès de cette démarche.

Mais chaque cas est unique et la méthode la plus efficace ne sera pas la même pour X et pour Y. L’idéal est de consulter un tabacologue qui saura vous orienter vers le programme le mieux adapté à votre cas.

Vous pouvez notamment vous tourner vers une thérapie pour arrêter de fumer, plus précisément vers la TCC ou thérapie comportementale et cognitive, une formule qui a fait ses preuves.

 

Une thérapie qui aide à renforcer votre motivation

La thérapie comportementale et cognitive attache un intérêt particulier à la motivation du futur ex-fumeur.

La motivation est primordiale pour un sevrage réussi. La TCC fait alors en sorte que le patient soit confiant par rapport à lui-même et par rapport à sa démarche d’arrêter de fumer.

Différentes approches sont alors adoptées pour atteindre ce résultat.

D’abord, le fumeur doit prendre conscience des réels inconvénients du tabac et des bénéfices qu’il retire du sevrage.

En effet, s’il est bien conscient des dangers et risques de la cigarette, il associe également certains points positifs à sa mauvaise habitude (relaxation, aide à la concentration, lutte contre le stress…).

Il doit se rendre compte de la réalité : que ces pseudo-avantages ne sont que des leurres et qu’il pourra très bien s’en passer.

Le patient doit également bien comprendre que le choix lui appartient. Il peut notamment décider du substitut nicotinique qui lui convient (pastille, patch, gomme, inhalateur…).

Il doit aussi être conscient de sa faculté à réussir dans sa démarche.

Être motivé pour arrêter de fumer

Être motivé pour arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

La TCC tient aussi compte des freins au succès. Bien souvent, le futur ex-fumeur éprouve quelques craintes (pas toujours exprimées) comme celle de prendre du poids ou encore les effets secondaires de l’arrêt.

Au final, une liste des 4 meilleures raisons pour cesser de fumer est établie. Le fumeur peut s’y appuyer en cas de baisse de motivation.

 

Une bonne préparation : anticiper pour mieux triompher

Vous ne vous lancerez pas à l’aveuglette dans le sevrage tabagique. Vous allez anticiper tout ce qui pourrait aller à l’encontre de votre réussite et adopter les mesures qui s’imposent.

Dans un premier temps, vous allez analyser les moments où vous avez l’habitude de fumer. De cette manière, vous pouvez identifier les situations qui vous poussent à allumer une cigarette.

Souvent, les fumeurs en grillent une au réveil, au moment du café, après le repas, en voiture ou encore dans les toilettes…

Cette démarche est indispensable pour apprendre à gérer vos pulsions.

En effet, lorsque vous avez identifié ces occasions qui vous incitent à fumer, vous devez casser ce lien. Vous devez alors apprendre à ne plus fumer à ces moments.

Vous n’allez néanmoins pas le faire de façon brutale. Commencez par exemple par reporter la première cigarette puis décaler de plus en plus chaque séance jusqu’à ne plus fumer du tout.

Parallèlement, vous allez éviter toutes les situations qui activent votre envie de fumer. Vous vous tiendrez notamment loin des autres fumeurs.

Vous multiplierez vos activités et éviterez les sources de stress et d’anxiété. Faire du sport est très efficace pour vous détendre et occuper l’esprit.

Dans tous les cas, gardez à l’esprit que l’envie de fumer est éphémère. Elle s’envole après 1 ou 2 minutes seulement. Vous devez donc « juste » tenir pendant ce très court laps de temps.

Pendant que vous attendez que la pulsion s’estompe, réfléchissez aux fameuses 4 meilleures raisons pour arrêter de fumer.

Vous pouvez aussi boire un verre d’eau, croquer une pomme ou encore réaliser des exercices de respiration.

Avant de poursuivre, voici une vidéo qui dévoile les principaux obstacles à l’arrêt du tabac :

 

Arrêt tabac bienfait : vaincre la dépendance au tabac

Le danger des cigarettes légères ou lights

Un nombre croissant de fumeurs optent aujourd’hui pour les cigarettes légères ou lights, sous prétexte que celles-ci sont moins nocives que les cigarettes traditionnelles.

Ils pensent, à tort, être préservé des dangers du tabagisme et de ses nombreux effets néfastes sur la santé.

Bien que théoriquement plus softs, ces produits ne sont pourtant pas aussi inoffensives qu’on le prétend. Au contraire, les risques sont encore plus importants.

En effet, croyant qu’il s’agit de clopes sans danger, les consommateurs ont tendance à en abuser. Ils fument encore plus et s’intoxiquent davantage.

Cigarettes légères

Cigarettes légères

© Fotolia.com

Quel est donc le danger des cigarettes légères ou lights ?

 

Les cigarettes légères

Avant tout, il faut savoir que l’appellation de cigarettes légères ou encore de cigarettes lights n’est plus utilisée aujourd’hui.

Mais on en trouve toujours sur le marché. Celles-ci se vantent donc d’être « allégées », notamment en nicotine.

Ainsi, dans une cigarette traditionnelle, on retrouve une dose de nicotine de 20 grammes. Pour la version légère, on retrouve « seulement » entre 12 et 15 grammes de nicotine.

Déjà, d’entrée de jeu, on constate que la différence n’est pas si énorme que ce que certains voudraient faire croire.

Pourtant, certains distributeurs mettent en avant le fait que ces cigarettes présentent un risque moindre. Il s’agit pourtant d’un message trompeur. Les dangers sont bien réels et non négligeables.

 

Plus de toxines ingérées

En théorie, les cigarettes légères doivent contenir moins de nicotine et de goudron par rapport aux cigarettes « normales ».

Et, effectivement, le filtre équipant ce type de cigarette présente des micropores, visant à réduire la quantité de nicotine et de goudron inhalée.

Ceci étant, la quantité de toxines ingérées avec une cigarette légère est pratiquement la même qu’avec une cigarette normale, voire plus importante.

Le fait est que le fumeur a certains besoins et a tendance à les combler automatiquement.

Il sera donc amené à prendre de plus grandes bouffées afin de compenser la « légèreté » de la cigarette.

Il peut également fumer plus de tiges dans la journée, toujours dans le but de compenser.

Au final, au lieu de diminuer la quantité de toxines ingérées, fumer des cigarettes light peut l’augmenter.

Et le plus dangereux, c’est que le fumeur n’en est pas conscient, croyant qu’il a affaire à une cigarette vraiment très légère.

À noter, par ailleurs, que les micropores situés au niveau du filtre et censés diminuer l’apport en goudron et nicotine peuvent être obstrués par les doigts ou tout simplement par la bouche.

Ainsi, qui dit cigarette légère ne dit pas forcément conséquences légères. Le contraire est même à redouter.

 

Les mêmes risques de cancer du poumon

Le tabagisme est source de nombreuses maladies, dont les problèmes cardiovasculaires et un cancer sur trois.

90 % des cas de cancer du poumon sont notamment liés à la consommation du tabac, dont 5 % au tabagisme passif.

Et malheureusement pour les fumeurs lights, ces risques restent pratiquement les mêmes qu’avec une cigarette classique, voire plus importants.

Les conséquences du tabac sur les poumons

Les conséquences du tabac sur les poumons

© FreeDigitalPhotos.net

Si, dans les années 60 / 70, des recherches ont avancé que le risque de cancer était diminué avec ces cigarettes à filtre spécial, les études ultérieures ont affirmé le contraire.

Des recherches réalisées par la Société américaine du cancer sont notamment arrivées à la conclusion que les fumeurs « légers » étaient encore plus concernés par le cancer du poumon.

Le risque de cancer bronchique est, en effet, surtout lié au nombre de cigarettes fumées par jour et à l’ancienneté du tabagisme, mais non au type de cigarette consommée.

Dans la mesure où les consommateurs de cigarettes lights grillent plus de tiges par jour, le risque de cancer est automatiquement augmenté.

Pour ceux qui pensent vivre plus sainement en choisissant les clopes légères, il est temps d’ouvrir les yeux.

La prétendue légèreté n’est qu’un leurre et, au lieu de limiter les dégâts, on ne fait qu’empirer la situation, inconsciemment.

 

Arrêter de fumer : changer d’habitudes mais pas de cigarette

De plus en plus de fumeurs souhaitant s’arrêter choisissent de changer de cigarettes et opter pour les tiges lights.

Certains se tournent alors vers des cigarettes dites ultra-légères dans le but de limiter au maximum les effets de la cigarette, tandis que d’autres espèrent pouvoir réduire progressivement leur consommation en s’appuyant sur cette « soi-disant » légèreté.

Ce geste ne constitue cependant pas un bon moyen de sevrage. C’est une très fausse bonne idée : comme expliqué plus haut, la consommation de cigarettes a tendance à être augmentée, plutôt que le contraire.

Ensuite, si le fumeur consomme un paquet par jour, il inhalera environ 250 ml de goudron par an, comme avec les cigarettes normales, en plus de la nicotine.

Ses besoins restent alors pratiquement les mêmes et le cercle vicieux de la dépendance n’est pas prêt de s’arrêter.

Pour ceux qui souhaitent s’en sortir, le changement de cigarette ne constitue pas ainsi une solution. Il est plutôt conseillé d’arrêter le tabagisme, que ce soit directement ou progressivement.

Pour un sevrage plus aisé, ils peuvent se tourner produits apaisants, plus connus sous l’appellation de « substituts nicotiniques ».

Les gommes, pastilles ou patchs se révèlent efficaces pour compenser le manque. D’autres solutions comme l’hypnose peuvent aussi aider à arrêter de fumer.

Dans tous les cas, la seule vraie technique qui marche consiste à changer d’habitudes de vie et non de cigarette. Il ne faut surtout pas se fier à la prétendue légèreté des cigarettes lights.

Pour terminer, voici une vidéo qui rappelle les nombreux méfaits du tabagisme, que l’on fume des cigarettes classiques ou lights :

Arrêt tabac bienfait : cigarettes légères