Arrêt du tabac que faire en cas de rechute

Vous étiez tellement ravi de vous être finalement débarrassé du tabac. Mais votre joie a été de courte durée.

Vous l’avez appréhendé et vous avez fini par rechuter… Il y a quelques jours, vous n’avez pas résisté à l’envie d’en fumer une, puis deux, trois, quatre… C’est reparti pour un tour.

Inutile de vous coller directement à nouveau l’étiquette de fumeur, car votre « faiblesse » reste réversible.

Rechute après l'arrêt du tabac

Rechute après l’arrêt du tabac

© Fotolia.com

Alors, que faire en cas de rechute pour reprendre vite le contrôle de la situation ?

 

Rechute après l’arrêt du tabac : ce n’est pas une fatalité

Rechuter après l’arrêt du tabac ? Cela peut arriver à tout le monde.

Ici, ce qui nous intéresse c’est l’addiction à la cigarette, mais il peut s’agir d’un autre péché mignon dont on a cru se libérer définitivement.

Après s’en être éloigné quelque temps, vous avez de nouveau cédé à la tentation. Mais pas de panique ! Si vous avez réussi une fois, vous pourrez de nouveau le faire.

Cessez donc de culpabiliser. Vous devez juste trouver la bonne attitude à adopter et choisir la méthode qui vous permettra de dire définitivement adieu au tabagisme.

 

Les bonnes attitudes à prendre pour vite arrêter de fumer en cas de rechute

D’abord, gardez toujours une attitude positive. Gardez à l’esprit que c’était juste un moment de faiblesse et que vous allez vous reprendre.

Ensuite, faites un bilan objectif de la situation : il est fort probable que l’envie de fumer soit toujours présente, inutile de le nier. Cependant, votre détermination à vous en défaire assurément est aussi bien là.

En tout cas, vous ne devez pas dramatiser la situation : une récidive n’est jamais totalement inévitable.

Puis, évitez de considérer cette étape comme un échec : voyez-la plutôt comme une occasion de mieux apprendre, mieux vivre votre sevrage et mieux parvenir à un sevrage définitif !

Malgré ce contretemps, vous continuez à viser l’arrêt du tabac. D’ailleurs, vous avez encore plus de chance de succès dans la mesure où vous savez comment et pourquoi vous avez rechuté !

Justement, une autre attitude à adopter consiste à analyser votre rechute et en identifier les causes.

En entamant de nouveau votre sevrage, vous serez plus à même de mieux appréhender ce qui vous pousse à fumer.

Inutile de vous auto-flageller, pratiquez plutôt l’auto-encouragement. Ignorez également les avis qui ont tendance à vous faire penser que vous ne serez plus capable d’arrêter de fumer.

Par ailleurs, faites au mieux pour ne pas aggraver les choses : encouragez-vous (forcez-vous !) à ne plus acheter de cigarettes une fois que vous avez épuisé votre stock. Mieux encore, jetez celles qui vous restent.

En outre, il ne faut pas hésiter à demander du soutien auprès de vos proches. Si vous en ressentez le besoin, adressez-vous à un thérapeute. Dans tous les cas, évitez autant que possible la fumée.

 

Cigarette et rechute : restez motivé, ça va passer !

Si vous le souhaitez vraiment, comme la première fois où ça a marché, malgré une rechute, vous pouvez à nouveau vous débarrasser de la cigarette !

Et puisque votre envie est de vous en défaire définitivement, stimulez votre motivation en remplaçant systématiquement vos pensées négatives par les souvenirs des bienfaits vécus durant la première phase de votre sevrage.

Rappelez-vous les bons changements que la sobriété a apporté à votre corps : une haleine plus fraîche, un corps plus énergique et plus sain, une peau embellie, une respiration moins laborieuse…

En adoptant sans attendre une solution alternative (hypnose, substitut nicotinique, acupuncture…) qui vous permettra de vous débarrasser à nouveau de la cigarette, cette motivation sera plus facilement préservée.

 

Arrêt du tabac : c’est reparti !

Désormais, vous connaissez vos véritables failles et êtes totalement prêts à les combler, afin d’arrêter de fumer définitivement.

En attendant, lorsque vous en grillez une, faites-le avec plus de conscience, restez honnête envers vous-même : cela vous encouragera à vous rappeler les bons et mauvais côtés de cette rechute, à garder en tête notamment les méfaits de la cigarette.

Vous vous êtes déjà remis à fumer comme avant ou quasiment ?

Adoptez rapidement une solution en vue d’un arrêt progressif et gardez en tête que vous avez déjà vaincu cette dépendance, vous pouvez réitérer l’exploit !

Arrêt tabac bienfait : Rechute après l'arrêt du tabac

Quelle méthode choisir pour arrêter de fumer ?

LA méthode idéale pour arrêter de fumer n’existe pas… Tous sont d’accord là-dessus.

Les anciens fumeurs, les fumeurs ayant déjà essayé de cesser la cigarette mais aussi les professionnels de la santé sont du même avis : chaque cas est unique et la bonne technique varie alors d’un individu à un autre.

Toutefois, plusieurs méthodes sont à votre portée pour vous débarrasser définitivement du tabagisme.

Vous pouvez arrêter subitement ou de façon progressive ; faire appel à un substitut nicotinique ou pas ; suivre une thérapie ou encore vous fier aux méthodes alternatives…

Méthode pour arrêter de fumer

Méthode pour arrêter de fumer

© Fotolia.com

Alors, quelle méthode choisir pour arrêter de fumer ?

 

A chacun sa manière de se défaire de la cigarette

Tous les fumeurs sont différents, dans le sens où les causes d’une addiction sont diverses. De plus, l’organisme ne réagit pas de la même manière au tabac, selon les individus.

Ainsi, la méthode parfaite pour arrêter de fumer varie selon chaque personne.

Jules aura arrêté grâce à l’hypnose, tandis que Marc aura réussi à se défaire de la cigarette en arrêtant brutalement et totalement de fumer.

De leur côté, Marie et Sylvie sont encore à l’étape des substituts nicotiniques (gommes à la nicotine et patchs pour l’autre), aucune n’étant pas encore totalement disposée à se passer de ces substituts.

Justement, vous souhaitez ardemment arrêter de fumer. Toutefois, vous n’y êtes pas encore parvenu, n’ayant pas trouvé la bonne méthode ! Pourtant, les moyens, il en existe pas mal.

Le choix varie alors notamment en fonction de votre histoire : comment et pourquoi avez-vous commencé à fumer ? Voulez-vous de l’aide ou non pour vous débarrasser de la cigarette ?

En cas de tentative antérieure échouée, essayez de comprendre pourquoi la méthode choisie n’a pas fonctionné

De telles interrogations devraient vous aider à trouver le meilleur moyen de vous défaire de la cigarette définitivement.

 

Arrêter de fumer progressivement

Une fois que vous avez décidé d’arrêter de fumer, vous avez le choix entre deux options : arrêter d’un coup ou de façon progressive.

L’arrêt brutal ne convient toutefois pas à tout le monde, surtout car la pression est trop importante et les risques de rechute sont élevés.

La plupart des ex-fumeurs sont parvenus à cesser la cigarette en arrêtant petit à petit. Mais, même dans ce cas, il faut utiliser une méthode spécifique pour une démarche fructueuse.

 

Les substituts nicotiniques pour cesser la cigarette

Patch, timbre, gomme, inhalateur à la nicotine sont des produits couramment utilisés pour arrêter de fumer progressivement.

Le patch ou timbre à la nicotine se colle directement sur la peau, libérant une certaine dose de nicotine, dans le but de soulager votre frustration au cours de votre sevrage.

Il convient aussi bien aux fumeurs fortement dépendants qu’aux petits ou moyens fumeurs. En effet, ils sont disponibles en plusieurs dosages.

Ils se portent tout au long de la journée (entre 16 à 24 heures par jour). À noter que le dosage peut être réduit au cours du traitement (ici, il vaut mieux se fier à l’avis d’un professionnel de la santé plutôt que de prendre des initiatives soi-même. Après un an en moyenne, vous pouvez être totalement libéré de la cigarette.

Pour sa part, la gomme à la nicotine agit comme le timbre ou patch, à différence près qu’il se mâche. Vous en prenez pour contrer vos pulsions.

Pour de meilleurs résultats, prenez le temps de mâcher votre gomme pendant une demi-heure (40 minutes au maximum) à chaque prise.

À noter qu’il est possible de combiner deux substituts : gomme et patch par exemple.

De son côté, l’inhalateur présente un double intérêt. D’un côté, il apporte une dose de nicotine. D’un autre, il vous permet de mimer l’acte de fumer. Vous préservez ainsi votre gestuelle, évitant ainsi de bouleverser vos petites habitudes quotidiennes.

Si l’on en croit les experts, tous ces substituts nicotiniques sont efficaces pour vous débarrasser progressivement de la cigarette, à condition de les utiliser à bon escient.

Ensuite, le choix varie selon votre profil. Il faut notamment tenir compte de votre degré de dépendance et de votre historique de fumeur.

Avant d’en prendre, il est vivement conseillé de consulter votre pharmacien ou votre médecin. Justement, voici une vidéo apportant quelques recommandations pour un bon usage des substituts nicotiniques :

 

Hypnose et acupuncture pour arrêter de fumer

L’hypnose et l’acupuncture appartiennent à la catégorie des méthodes alternatives ou méthodes douces pour arrêter de fumer.

Attention, il faut souligner d’entrée de jeu qu’il ne s’agit pas de techniques miraculeuses pour dire adieu à la cigarette.

Elles optimisent les chances de cesser le tabagisme chez les fumeurs motivés à se défaire de leur mauvaise habitude.

  • Hypnose : cette démarche propose principalement à endormir vos pensées négatives profondes, afin de modifier votre approche du tabac.

Elle est prisée pour la rapidité de ses effets. Néanmoins, il s’agit avant tout d’une méthode complémentaire et il est indispensable de l’associer avec d’autres méthodes de sevrage.

À souligner que la thérapie peut se révéler inefficace sur certaines personnes.

  • L’acupuncture : cette technique originaire de Chine est pratiquée par un spécialiste en la matière (l’acupuncteur).

Durant la séance, ce dernier pique de très fines aiguilles sur des zones spécifiques de votre corps, ciblant des tissus ou des organes, le but étant de rééquilibrer le flux d’énergie.

Ce moyen de sevrage s’adresse particulièrement aux petits ou moyens fumeurs, chez lesquels il aurait plus d’effet.

Les fumeurs fortement dépendants peuvent bien évidemment y avoir recours, en complément d’autres techniques.

 

Arrêt de fumer sans substitut, est-ce possible ?

Vous voulez mettre fin à votre dépendance à la cigarette, mais sans faire appel à un substitut nicotinique ? Cela est possible, à condition d’être très motivé.

Vous devez vous conditionner préalablement à l’arrêt, physiquement et psychologiquement. Préparez-vous notamment au sentiment de manque.

Pour commencer, faites en sorte de résister à l’envie de fumer qui dure en moyenne 5 minutes. Ou alors, retardez le moment où vous comblez cette pulsion.

Au lieu d’allumer systématiquement votre cigarette lorsque le désir vous prend, faites autre chose.

Occupez vos mains et votre bouche, faites-vous plaisir d’une autre manière.

Vous pouvez par exemple mimer l’acte de fumer grâce à des bricoles que vous gardez en permanence à portée de main.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

En tout cas, évitez les personnes et les situations qui vous poussent à fumer.

Plus facile à dire qu’à faire pensez-vous ? Dans ce cas, il vous reste une autre solution : la psychothérapie comportementale, recommandée avant, pendant, après votre sevrage, en fonction de vos besoins.

Le principe : votre psychothérapeute vous aide à vous débarrasser de vos habitudes comportementales, en vous aidant à mieux comprendre vos pensées et les contrôler tout en prenant conscience de votre problème et des causes de votre dépendance.

De cette manière, vous renforcez votre motivation à arrêter de fumer.

Arrêt tabac bienfait : méthode pour arrêter de fumer

Quel régime adopter après l’arrêt du tabac ?

L’arrêt du tabac est souvent associé à une prise de poids, et pas par hasard. De nombreux fumeurs ayant abandonné la cigarette se retrouvent face à ce désagrément.

Ce phénomène est principalement dû à la modification de la flore intestinale qui accompagne la « désintoxication » engendre.

Néanmoins, la prise de poids n’est pas une fatalité et les effets du sevrage à ce niveau peuvent très bien être limités, notamment en adoptant un régime adapté.

Il faut alors faire attention à ce que vous mangez, sachant qu’en laissant tomber la cigarette, vous avez beaucoup plus d’appétit et êtes attirés par les gourmandises.

Régime après l'arrêt du tabac

Régime après l’arrêt du tabac

© Fotolia.com

Alors, quel régime alimentaire adopter après le tabac afin d’éviter les kilos superflus ?

 

Après l’arrêt du tabac : un appétit exacerbé

Une chose est certaine : l’arrêt du tabac impose un changement du mode alimentaire pour éviter les kilos indésirables.

Maintenant, la nicotine ne contrôle plus ni votre faim ni votre satiété. Et vos sens, en l’occurrence le goût et l’odorat sont restaurés.

Les odeurs et les saveurs deviennent plus intenses. Votre appétit est naturellement exacerbé. C’est comme si vous redécouvrez les goûts et les senteurs.

Inévitablement, vous avez tendance à manger plus.

Si en moyenne, les anciens fumeurs prennent alors 4 à 5 kg durant le mois suivant le début du sevrage, cette prise de poids peut être contrôlée. En tout cas, elle n’est pas inévitable.

Alors comment la prise de kilos ? En adoptant le bon régime alimentaire.

Bien souvent, les anciens fumeurs ont un penchant particulier pour les aliments gras et sucrés.

Ce sont, en fait des aliments récompenses : ils ont des effets sur la zone du cerveau associée à la récompense, tout comme la nicotine.

Première règle alimentaire donc à suivre après le tabac : limitez la quantité des aliments récompenses que vous consommez, le temps que votre corps s’habitue à votre sevrage.

Puis, incluez dans votre régime des aliments qui calment l’envie de sucreries ou de grignoter entre les repas, tels que le riz, les pâtes, les lentilles, les haricots blancs et rouges ou encore les pois chiches.

 

Adopter un régime structuré

Un bon régime alimentaire après le tabac est aussi un régime structuré.

Prenez alors le temps de dresser la liste de vos menus hebdomadaires, vous assurant que vos repas sont sains et équilibrés.

Mangez de tout, mais toujours en quantités raisonnables. Faites en sorte que la structure de vos repas quotidiens soit la même afin de limiter les grignotages dans la journée notamment, ainsi que les excès.

Des menus équilibrés

Des menus équilibrés

© FreeDigitalPhotos.net

Par exemple, votre petit déjeuner doit idéalement être complet et comporter une boisson, un produit céréalier, un produit laitier, un fruit, de la compote ou de la confiture ou alors, en alternative, du jambon et du fromage.

Puis, votre déjeuner et votre dîner peut comporter, mais en quantités vraiment réduites, quelques sauces, fritures, sauces, panures, pâtisseries et viennoiseries (pas toutes en même temps).

Incluez à votre menu notamment une portion de protéines (œuf, poisson, jambon, viande), une autre de féculents (riz, pâte, pain), puis, une autre de légumes.

 

Attention aux fringales

L’envie de grignoter est l’une des principales causes de prise de poids lorsque vous arrêtez de fumer. Alors, comment la contrôler ?

D’abord, vous devez vous débarrasser de ces aliments qui calment vos fringales mais qui font grossir : biscuits, chips… Pour sa part, le fromage doit être limité.

Si vous avez vraiment du mal à résister aux grignotages, misez sur des produits plus sains.

Manger mieux après le tabac

Manger mieux après le tabac

© FreeDigitalPhotos.net

Vous pouvez prendre une boisson, idéalement du thé ou une tisane (tilleul, verveine, valériane), à consommer toutefois avec modération et sans ajouter de sucre, tout comme le café si vous préférez cette option.

Pour sa part, l’eau reste la meilleure boisson pour calmer une envie de grignoter.

Pour préserver votre envie d’en boire malgré son goût assez fade, vous pouvez opter pour des eaux aromatisées, peu voire pas sucrées et peu énergétiques.

Un potage ou encore un fruit peut aussi faire l’affaire. La pomme et les agrumes étant ici parfait, dans la mesure où ils agissent comme un coupe-faim ou un brûle-graisse.

 

Mieux cuisiner après l’arrêt du tabac

Au final, la règle de base est assez simple pour éviter la prise de poids après l’arrêt du tabac : vous devez manger sainement.

En plus de choisir les bons ingrédients, vous devez également faire en sorte d’adopter le bon mode de cuisson.

Pensez alors à appliquer des recettes qui vous permettent de cuisiner léger. Adoptez ainsi la cuisson à l’étouffée, en papillotes ou encore à la vapeur, pour réduire au maximum l’apport en graisses.

Par ailleurs, pour que vos aliments conservent malgré tout un goût appétissant, usez de divers aromates qui relèvent vos plats : herbes, épices, oignons, échalotes, ail ou encore agrumes rehaussent délicieusement la saveur de vos préparations.

 

Après l’arrêt du tabac : résumé des astuces alimentaires à adopter pour ne pas grossir

– Mangez 3 fois par jour et ne sautez pas de repas afin de ne pas augmenter les envies de grignoter et les excès ;

– Il vaut mieux prendre une collation saine et équilibrée afin de calmer votre faim, plutôt que vous priver et risquer de faire des excès lors de vos repas ;

Boire de l’eau lorsque vous avez envie de fumer permet de calmer la pulsion tout en évitant le grignotage ;

Ne soyez pas trop sévère envers vous-même : une alimentation équilibrée est meilleure pour le corps par rapport à une alimentation draconienne qui engendre des frustrations en plus et encore plus de tentations.

Pour terminer, voici une vidéo qui livre quelques astuces pour arrêter de fumer sans prendre de poids :

Arrêt tabac bienfait : Quel régime après l'arrêt du tabac

Astuces pour arrêter de fumer progressivement

La dépendance à la cigarette est l’une des addictions les plus difficiles à combattre. De nombreux fumeurs sont en quête de « la » méthode efficace pour se débarrasser de ce problème.

Le plus souvent, ce qui les freine, ce sont les multiples effets secondaires qui accompagnent le sevrage tabagique.

Il est vrai que ceux-ci sont plutôt désagréables et peuvent même sembler insurmontables. Si bien que beaucoup abandonnent en cours de route.

Justement, vous avez tenté de stopper la cigarette d’un coup, mais vous avez très rapidement replongé. Ce qu’il faut savoir, c’est que votre situation n’est pas unique.

C’est arrivé à de nombreux fumeurs désireux de dire adieu au tabagisme. Si vous ne réussissez pas la première fois, vous y parviendrez la seconde ou la troisième fois.

Il suffit de trouver la bonne méthode, celle qui vous convient. Il serait peut-être judicieux d’arrêter de fumer progressivement.

De cette manière, il est plus aisé de se débarrasser de vos « rituels » et vous optimiser les chances de succès…

Comment arrêter de fumer progressivement

Comment arrêter de fumer progressivement

© Fotolia.com

Découvrez alors quelques astuces pour arrêter de fumer progressivement…

 

Arrêter de fumer : un défi de taille

Un grand nombre de fumeurs souhaite se défaire de la très mauvaise habitude qui les assujettit. Mais c’est très loin d’être facile. Au contraire.

Se passer de la cigarette qui est devenue une incontournable compagne du quotidien se révèle très ardu.

Il ne faut pas oublier que la cigarette constitue une véritable drogue dont il est difficile de se défaire. Elle cause aussi bien une addiction physique que psychologique.

À l’arrêt du tabac, le manque survient inévitablement.

Pour que la transition puisse se passer en douceur, un arrêt progressif du tabagisme constitue une solution intéressante.

Voici une vidéo qui dévoile 4 obstacles qui empêchent généralement d’arrêter de fumer :

 

Arrêter de fumer du jour au lendemain

Pendant longtemps, on a vanté les mérites d’un arrêt brutal du tabac. Cette méthode peut se révéler efficace, mais ne convient toutefois pas à tout le monde.

Parmi les fumeurs qui ont choisi cette option, plusieurs ont replongé après seulement quelques semaines ou mois.

Après cette rechute, de nombreux sentiments négatifs affluent : déception, culpabilité, échec, honte

Il faut pourtant garder à l’esprit que chaque cas est unique et que tout le monde ne fonctionne et ne réagit pas de la même manière. D’où l’intérêt de l’arrêt progressif…

Au lieu d’arrêter brusquement, le sevrage se fait en douceur, pour laisser le corps et l’esprit s’habituer au changement.

 

Arrêter de fumer progressivement : comment faire ?

Pour éviter l’angoisse qui accompagne les bouleversements trop importants, fixez-vous des objectifs simples. Simples, mais qui vont évoluer au fil du temps.

Plus important encore, vous ne devez pas définir vos objectifs au hasard. Dans un premier temps, tenez compte de votre niveau de dépendance.

Arrêter de fumer progressivement

Arrêter de fumer progressivement

© FreeDigitalPhotos.net

Pour cela, vous pouvez effectuer divers tests que vous pouvez trouver aisément sur Internet. Il y a par exemple celui disponible sur le site Doctissimo, en l’occurrence le test de Horn.

Ce type de test vous permet de savoir si vous êtes peu, moyennement ou très dépendant à la cigarette en sachant que chacun a ses propres habitudes.

Certains fument dès qu’ils se réveillent, d’autres le font lorsqu’ils ont besoin de réfléchir. Il y a ceux qui en grillent une tout en buvant leur café ou lorsqu’ils sont aux toilettes… Ou encore au cours de leurs soirées de beuverie.

En ayant une idée concrète de votre rapport avec la cigarette et des circonstances dans lesquelles vous fumez habituellement, vous pourrez déterminer des objectifs plus réalistes.

 

Un sevrage tabagique, étape par étape : réduire progressivement la consommation

Pour optimiser vos chances de succès, votre sevrage tabagique se fera donc étape par étape. La première chose à faire est de déterminer une date pour déclencher le processus.

Choisissez une date qui ne soit ni trop proche ni trop loin. Décidez par exemple d’arrêter dans 6 semaines.

Pour démarrer, gardez uniquement les cigarettes indispensables (celle du réveil par exemple et/ou celle grillée après le déjeuner).

Débarrassez-vous de toutes les autres cigarettes dont vous pensez pouvoir vous passer. En cas de manque, elles peuvent être remplacées avec un substitut nicotinique (une gomme, un comprimé ou encore un patch).

De cette manière, vous diminuez votre consommation de tous les jours. Cette première phase peut durer deux à trois semaines, le temps que vous vous préparez pour l’étape suivante.

 

Etape suivante : vers un arrêt définitif du tabac

A présent, vous avez donc légèrement réduit votre consommation de tabac et vous allez poursuivre dans ce sens jusqu’à arrêter complètement.

Pour ne pas vous décourager et préserver votre motivation, vous devez impérativement fixer des limites en faisant en sorte de définir des objectifs raisonnables.

Ne soyez pas trop pressé pour limiter les risques de rechute.

Après avoir éliminé les cigarettes qui ne vous semblent pas indispensables, vous pouvez poursuivre votre sevrage en réduisant également la fréquence de vos pauses cigarettes.

Arrêter complètement de fumer

Arrêter complètement de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

Vous fumiez généralement toutes les heures ? Désormais, vous allez en griller une après seulement une heure et demi, puis après deux heures et ainsi de suite.

Jour après jour, vous passez de plus en plus de temps à ne pas fumer.

Puis, il va falloir passer à la vitesse supérieure et vous défaire des cigarettes « importantes », une à la fois.

Et pour chaque cigarette éliminée, il est vivement recommandé de la remplacer par un substitut nicotinique, toujours dans le but de faciliter le sevrage et pour mieux gérer le manque.

Pour lutter contre les pulsions, vous pouvez continuer de prendre des substituts en sachant qu’il va aussi falloir s’en débarrasser dans un futur plus ou moins proche.

 

Que vous décidiez d’arrêter progressivement ou d’une autre façon, il est conseillé de se faire aider pour une démarche fructueuse.

Vous pouvez notamment vous tourner vers un tabacologue qui vous suivre tout au long du processus de sevrage. Il est aussi possible de demander conseil au pharmacien par rapport aux substituts nicotiniques.

Et n’hésitez pas à solliciter vos proches pour vous motiver et vous soutenir dans votre projet.

Arrêt tabac bienfait : Comment arrêter de fumer progressivement

Tabagisme et effets négatifs sur la grossesse : comment s’en sortir ?

Sur trois femmes en début de grossesse, une fume.

Rarement avec la conscience tranquille étant donné les méfaits de la cigarette chez la femme enceinte, que toutes ne connaissent pas forcément.

En tout cas, avec l’alcool, le tabac constitue l’une des principales choses à éviter lorsqu’on attend un bébé.

Fumer peut, en effet, avoir des effets désastreux sur le bébé (et bien évidemment sur la santé de la future maman).

Tabagisme et grossesse

Tabagisme et grossesse

© Fotolia.com

Alors, quels sont les risques du tabagisme sur le développement de bébé ? Comment les limiter, voire arrêter de fumer pour une grossesse sereine et sans risque ?

 

Pourquoi dit-on aux femmes d’arrêter de fumer quand elles sont enceintes ?

Nombreuses sont les femmes qui souhaitent arrêter de fumer. Et la grossesse constitue bien souvent pour celles-ci une bonne occasion de dire adieu au tabagisme.

Car la cigarette est dangereuse pour bébé et maman : une future maman qui fume, c’est un bébé intoxiqué in utero.

D’ailleurs, la plupart des fumeurs savent bien que la cigarette est composée d’éléments néfastes pour la santé.

Ces substances, pour ne citer que le monoxyde de carbone et la nicotine, parviennent jusqu’au futur bébé via le placenta.

Pour sa part, la cotinine – représentant 80 % des résidus de dégradation de la nicotine – se retrouve alors partout dans le corps la femme, y compris dans le sang, le lait maternel et le liquide amniotique, parvenant ainsi facilement jusqu’à bébé.

A noter, en tout cas, les effets néfastes se font ressentir dès avant de tomber enceinte, puis pendant et après la grossesse ! C’est une véritable torture que subit le corps.

 

Tabagisme et conception

Vous êtes en pleine conception d’un bébé ? Fumer peut diminuer le taux de fécondité et vous avez moins de chance de tomber enceinte.

Vous prenez la pilule en plus ? Le tabac augmente particulièrement les risques cardiovasculaires.

Et même si vous ne fumez « que » 10 cigarettes par jour en moyenne, vous augmentez déjà jusqu’à 1,5 fois les risques de grossesse extra-utérine.

 

Une grossesse pas sereine

Une chose est donc certaine : fumer durant la grossesse est très mauvais.

En plus des divers effets sur la santé de la mère (poumons malmenés, système respiratoire pollué…), il faut aussi compter les conséquences spécifiques sur la grossesse.

Notamment l’avortement spontané : la grossesse peut être interrompue très tôt à cause du tabagisme.

Tabac et grossesse

Tabac et grossesse

© FreeDigitalPhotos.net

De son côté, bébé risque d’arriver prématurément, le risque de rupture prématuré des membranes étant aussi augmenté avant terme.

Bout de chou risque, en outre, de naître avec un trop faible poids, sa croissance intra-utérine étant retardée.

Autre risque qui apparaît si vous continuez à fumer alors que vous êtes enceinte : le syndrome de la mort subite du nourrisson qui serait notamment lié au manque d’oxygène et de nourriture engendrés par le tabagisme.

Ce n’est pas tout ! Le tabagisme peut engendrer complications durant l’accouchement.

Une fois né, votre enfant risque de développer plus facilement des infections respiratoires, mais aussi de l’asthme et, plus globalement, des maladies qui touchent les poumons.

Certains évoquent même les dangers du tabac par rapport au développement psychomoteur et cognitif de votre enfant à venir.

Les jeunes enfants de mère fumeuse pourraient ainsi développer des troubles rendant par exemple la lecture ou les mathématiques moins accessibles.

Il y aurait, par ailleurs, un risque de troubles comportementaux lorsque la mère a fumé plus de 20 cigarettes par jour alors qu’elle était enceinte.

 

Quelques cigarettes par jour, ça fait aussi du mal à bébé durant la grossesse ?

Tellement habituées au tabac, certaines femmes se demandent si elles vont arriver à s’en débarrasser.

Oui, car le manque et l’irritabilité ne manquent pas de surgir quand on arrête de fumer.

Si bien qu’au lieu de laisser tomber complètement le tabagisme alors qu’elles sont enceintes, certaines  préfèrent essayer de s’en tenir à « seulement » quelques cigarettes par jour.

Une solution qui n’en est pas une, car cela ne ferait qu’augmenter les méfaits du tabac sur votre santé et celle de bébé : la moindre cigarette est consommée avec plus d’intensité.

Il faut d’ailleurs se dire une chose : même une seule cigarette par jour, c’est déjà trop.

 

Comment sortir du tabagisme durant la grossesse ?

Au fond, vous en avez conscience : le tabac implique des risques réels et non négligeables sur votre santé, celle de bébé et nuit à votre grossesse.

Mais pour vous, cela reste compliqué de vous débarrasser de la cigarette ! Comment faire ?

La meilleure solution serait d’arrêter de fumer avant même de concevoir un bébé. Penser à tous les effets bénéfiques de ce sevrage renforce la motivation.

Pour celles qui n’y arrivent pas, il existe une solution intéressante consistant en une approche comportementale individuelle : vous apprenez à comprendre pourquoi vous n’arrivez pas à vous défaire de la cigarette et comment y parvenir.

Votre thérapeute vous propose alors un suivi individuel et personnalisé tout au long de votre grossesse.

Pour augmenter les chances de succès du sevrage tabagique, il y a aussi le recours aux substituts nicotiniques.

Il faut souligner que la prescription de ces produits est officiellement autorisée chez la femme qui attend un bébé.

Il reste alors préférable d’y recourir en dernier recours, lorsque des méthodes plus douces n’ont pas porté leurs fruits.

Dans tous les cas, ce traitement doit être prescrit par votre médecin qui pourra déterminer la posologie idéale et vous accompagne tout au long de votre sevrage.

 

Pour terminer, voici une vidéo faisant le point sur les raisons qui devraient motiver une femme enceinte à arrêter de fumer :

 

Arrêt tabac bienfait : Tabagisme et grossesse

Avoir de la motivation pour arrêter de fumer : où puiser la force pour dire adieu à la cigarette ?

Avoir de la motivation pour arrêter de fumer est indispensable pour mener votre projet avec succès.

Car même si vous avez de la volonté à dire adieu à la cigarette, si vous n’êtes pas motivé, vous risquez de ne pas parvenir à vous débarrasser définitivement du tabagisme.

En effet, le sevrage tabagique n’est pas une mince affaire. Prendre la décision de laisser tomber le tabac n’est que la première étape.

Après avoir éteint votre dernière cigarette, vous allez faire face à de nombreux défis. Divers effets secondaires feront notamment leur apparition.

Vous serez assailli par le manque et quelques symptômes physiques vont surgir. Fatigue, mal-être stress, pulsions

Vous devez être fortement motivés pour les affronter et pour ne pas céder à la tentation d’en griller une dernière…

Motivation pour arrêter de fumer

Motivation pour arrêter de fumer

© Fotolia.com

Alors, comment trouver la motivation pour arrêter de fumer ?

 

La motivation pour arrêter de fumer : pourquoi fait-elle souvent défaut ?

Bien souvent les fumeurs qui souhaitent se débarrasser de leur mauvaise habitude manquent de motivation.

Malgré tous les bienfaits mis en avant de l’arrêt du tabac. Et malgré les nombreux dangers du tabagisme…

Pourtant la volonté est bien là. Vous voulez être débarrassé de cette addiction qui vous emprisonne et vous détruit à petit feu.

Une fois que vous avez ce souhait, vous devez booster votre motivation. Qu’est-ce qui vous pousse à vouloir arrêter de fumer ?

Quel objectif voulez-vous atteindre ? Il est important de bien penser à tous les bénéfices que va vous apporter le sevrage tabagique. Et que désirez-vous vraiment ?

Sachant que ces effets positifs se constatent à plusieurs niveaux : physique, psychologique ou encore relationnel

En réfléchissant bien à la question, vous saurez plus précisément ce que vous offrira l’arrêt du tabac. Cette idée vous permettra d’être beaucoup plus déterminé à dire adieu à la cigarette.

Plus précisément, vous aurez vraiment envie d’atteindre ce stade où la cigarette ne fait plus partie de votre vie et où vous êtes mieux à tous les niveaux.

Vous focaliser sur ce but ultime vous aide à surmonter les nombreux obstacles qui ne manqueront pas de se dresser sur votre chemin.

Et plus votre motivation sera intense, plus il vous sera facile de tenir bon et de réussir dans votre démarche de quitter le tabagisme.

 

Les nombreux avantages de l’arrêt du tabac

Pour stimuler votre motivation pour arrêter de fumer, vous devez sérieusement réfléchir à tout ce qui va changer positivement dans votre vie après le sevrage tabagique.

Il est aussi important que vous soyez fermement convaincu des multiples méfaits de la cigarette : ses effets sur votre santé (et celle de votre entourage), sur votre porte-monnaie ou encore sur votre relation avec autrui.

Intéressez-vous donc aux avantages dont vous allez jouir une fois que vous aurez arrêté le tabagisme :

Vous serez en meilleure santé, vous respirerez mieux, vous ne dégagerez plus de mauvaise odeur, votre haleine sera plus fraîche, votre entourage cessera de vous fuir et de vous critiquer…

Motivation pour arrêter de fumer

Motivation pour arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

Parallèlement, vous devez aussi vous rendre compte que vous pouvez obtenir les « prétendus » avantages ou soutien que vous obtenez grâce à la cigarette avec d’autres alternatives.

Dans tous les cas, vous devez bien garder à l’esprit que les effets secondaires de l’arrêt du tabac sont temporaires.

Par contre, vous profitez des effets bénéfiques pour le restant de vos jours !

 

Alors, quelles motivations pour arrêter de fumer ?

Il y a environ deux ans (en 2013), un sondage Inpes avait révélé les principales motivations des fumeurs qui décident « finalement » de se débarrasser de la cigarette.

En tête de liste des motivations les plus fortes, on retrouve les bienfaits du sevrage sur la santé.

On retrouve également des préoccupations d’ordre esthétique ainsi que le bien-être. A noter qu’il s’agit d’une motivation que l’on retrouve surtout chez les fumeuses.

Les effets du tabac sur l’apparence sont d’ailleurs nombreux et non négligeables : une peau flétrie (les mains, le visage…), des dents jaunes, des lèvres noircies, des doigts jaunes…

Une autre motivation est la fin de l’addiction : ne plus être esclave d’une pulsion et ne plus ressentir du stress quand le manque surgit.

Il y a bien évidemment les motivations financières : chaque tige de cigarette représente une dépense non négligeable qui pourrait être transformé en investissement dès l’arrêt du tabac.

Enfin, il y a le souci de ne plus nuire à l’entourage. Près d’un fumeur sur deux est plus motivé à cesser la cigarette en pensant aux répercussions positives de cette démarche sur les personnes qui lui sont chères.

Voici une vidéo qui vous en dit plus sur les motivations pour arrêter de fumer :

 

Arrêt tabac bienfait : Motivation pour arrêter de fumer

Commencer une nouvelle vie après la cigarette : conseils pour mieux vivre le sevrage

La cigarette est un poison. Arrêter de fumer, c’est se libérer d’un véritable fléau qui vous détruit à petit feu.

Après la cigarette, vous commencez une nouvelle vie. Une vie en meilleure santé. Vous êtes mieux dans votre corps et dans votre tête.

Néanmoins, votre « combat » ne se termine pas au moment où vous éteignez votre dernière cigarette.

Au contraire, vous devez faire en sorte de vous débarrasser définitivement de votre mauvaise habitude et ne plus jamais y revenir.

Vous devez vous éloigner des tentations et tenir bon malgré le manque qui va sans nul doute vous assaillir.

Une nouvelle vie après la cigarette

Une nouvelle vie après la cigarette

© Robert Neumann – Fotolia.com

Alors, comment commencer une nouvelle vie après la cigarette ?

 

Victoire !

Arrêter de fumer est avantageux, à de nombreux égards ! Vous pouvez vous féliciter pour cette énorme étape franchie. D’autant plus que tourner le dos à la cigarette n’est pas du tout chose aisée.

Mais cette victoire mérite d’être célébrée. Après quelques heures seulement, votre corps vous en remercie déjà. Vous respirez déjà un peu mieux et votre corps commence à évacuer les toxines qui se sont accumulées.

Après des semaines, des mois puis des années de sevrage tabagique, votre santé s’améliore de façon sensible.

Vous réduisez les risques de pathologies cardiaques, de maladies respiratoires et de cancer (de la bouche, de la gorge, du poumon, de l’œsophage…).

Mais pour le moment, votre organisme commence tout juste à reprendre ses droits. Et les risques de maladies (notamment touchant les poumons et le cœur) resteront plus importants par rapport à un non-fumeur (pendant au moins 20 ans).

La bonne nouvelle, c’est que les choses vont sans cesse progresser dans le bon sens. Pour chaque jour sans tabac, votre santé s’améliore.

Découvrez, à travers la vidéo ci-après, les bienfaits de l’arrêt du tabac :

Et sachez que c’est encore mieux si vous prenez des dispositions particulières au quotidien ! Alors, que faire pour accélérer la « guérison » ?

 

Attention aux tentations !

Même si vous êtes très motivé, vous ne devez pas vous reposer sur vos lauriers. Rappelez-vous que vous sortez d’une période de dépendance.

Les mauvaises habitudes ont la vie dure. Elles vont vous hanter encore longtemps avant que vous ne soyez totalement libéré. Soyez donc très vigilant.

Dites-vous que vous êtes dans une phase très délicate durant laquelle vous devez faire très attention.

Pour ne pas céder à la tentation, pensez constamment aux nombreux bienfaits de l’arrêt du tabac. Songez également à tout ce qui a changé dans votre vie depuis que vous n’avez plus grillé une seule cigarette.

Votre santé s’améliore, vous respirez mieux, vous ne sentez plus mauvais, votre entourage ne vous fuit plus… La liste est très longue. Y penser vous aide à ne pas craquer.

D’ailleurs cette envie de fumer s’estompe assez vite : après trois à quatre minutes seulement. Vous devez persévérer.

Pour combattre les pulsions, il est important d’avoir des journées bien remplies. En plus de vos activités habituelles, vous pouvez faire du sport et programmer des activités qui vous plaisent.

De cette manière, vous n’aurez pas le temps de penser à la cigarette. Parallèlement, vous devez fuir la fumée…

 

Fuyez la fumée

Après l’arrêt du tabac, il est essentiel de rester très loin de la fumée. En plus de vous débarrasser de tout ce qui pourrait vous rappeler la cigarette, tenez-vous à l’écart des fumeurs.

Fuyez donc tous les endroits où vous êtes susceptibles de rencontrer des personnes qui fument.

D’un côté, vous limiterez les risques de replonger. D’un autre, vous vous épargnez le tabagisme passif et son cortège d’effets secondaires.

D’ailleurs, le cœur et les poumons d’un jeune ex-fumeur sont encore en pleine convalescence. Il faut donc les ménager…

Justement, il est recommandé de contrôler régulièrement votre santé. Plus précisément, assurez-vous que votre taux de cholestérol et votre pression artérielle sont dans les normes.

 

Surveillez votre alimentation

Après l’arrêt du tabac, il est important de faire attention à ce que vous mangez. Non seulement pour éviter de prendre trop de kilos, mais aussi pour être en forme.

Privilégiez les fruits, les légumes et les grains entiers. Ce sont des produits naturels connus pour leur forte teneur en antioxydants.

Des fruits et des légumes

Des fruits et des légumes

© FreeDigitalPhotos.net

Ce sont des aliments dont la consommation contribue à diminuer les risques de maladies cardiaques, d’AVC et de certaines formes de cancer.

Ils renferment, en plus, des vitamines et des fibres, se révélant excellents pour la santé.

 

Relaxez-vous !

Le sevrage tabagique s’accompagne souvent de stress. Stress parce que vous aviez l’habitude d’en griller une pour vous détendre ou encore pour réfléchir.

Vous devez alors impérativement trouver un substitut à votre habituelle cigarette.

Vous pouvez vous tourner vers des pratiques relaxantes et plaisantes.

Il y a notamment la méditation, le yoga ou encore la sophrologie, des techniques qui vous apportent une aide précieuse dans la gestion de l’après-tabac.

Pour mieux gérer le manque, vous pouvez bien sûr vous tourner vers un substitut nicotinique. Ici, le mieux est de consulter un spécialiste (un tabacologue notamment).

Celui-ci préconisera un produit à base de nicotine (gomme, patch ou encore inhaleur) et recommandera aussi un dosage et une durée de traitement spécifiques.

Si besoin, il est aussi possible d’envisager une thérapie sous la houlette d’un psychothérapeute qui vous aide à mieux appréhender le sevrage et son cortège d’effets secondaires.

 

Arrêter de fumer, c’est tourner une page. C’est écrire un nouveau chapitre de votre vie.

Cette étape cruciale vous mène vers un avenir meilleur et prometteur. Vous devez alors faire attention car le chemin est encore bien long jusqu’à la totale libération.

Préservez votre motivation et restez loin des tentations

Arrêt tabac bienfait : Comment combattre la peur

Comment gérer les symptômes de sevrage tabagique ?

L’arrêt du tabac ou sevrage tabagisme constitue un véritable parcours du combattant.

Une fois que vous avez finalement décidé d’éteindre votre dernière cigarette, il vous reste encore des défis à relever, et pas des moindres.

Car oui, cesser de fumer s’accompagne d’effets secondaires assez désagréables.

En plus du manque, il faut également s’attendre à diverses manifestations : l’organisme s’adapte au changement.

Et il faut savoir que les symptômes peuvent être à la fois physiques et psychologiques.

Les symptômes du sevrage tabagique

Les symptômes du sevrage tabagique

© Wavebreak Media LTD -Fotolia.com

Découvrez alors les symptômes les plus courants du sevrage tabagique et quelques astuces pour mieux les gérer…

 

Vertige et fatigue

Dès le premier jour qui suit l’arrêt du tabac, des symptômes commencent à faire leur apparition. Vous pouvez être sujet à des vertiges.

Ce phénomène s’explique par une plus grande quantité d’oxygène qui passe dans le sang. Résultat : le corps s’habitue et se retrouve dans un état comparable à l’hyperventilation.

Si un étourdissement survient, il faut alors pratiquer quelques exercices de respiration. Faites des inspirations et des expirations profondes (semblables à un bâillement) tout en s’étirant.

Il est également possible que vous soyez assailli par la fatigue. Celle-ci apparaît généralement dans les deux à quatre semaines après le sevrage.

Cet état s’explique par le manque de nicotine. Chez le fumeur, cette substance agit comme un stimulant.

Une fois de plus, l’organisme s’adapte et se retrouve alors dans une phase de désintoxication.

Pour se sentir mieux, il faut alors adopter un mode de vie sain : mieux dormir, faire du sport, avoir une alimentation saine et boire suffisamment d’eau.

Chez certaines personnes, ce manque de nicotine peut aussi se traduire par des élancements ou de la pression au niveau de la tête ou des yeux.

Pour faire partir la gêne, il est nécessaire de se détendre et de respirer profondément. Vous pouvez également réaliser des étirements et masser votre tête.

 

Un sommeil perturbé

Durant les premiers jours qui suivent l’arrêt de la cigarette, il est tout à fait possible que le sommeil soit perturbé.

Encore une fois, le corps s’habitue au changement. Pour prévenir l’insomnie, quelques précautions doivent être prises.

Il faut éviter à tout prix les produits excitants comme le café ou les boissons à base de cola. Prenez l’habitude de marcher un peu après le dîner.

Avant de rejoindre le lit, détendez-vous. Prenez un bain, profitez d’un petit massage ou alors visionner un film agréable (surtout pas de films stressants ou de films d’épouvante).

Et avant de passer au prochain symptôme, voici une petite vidéo qui explique ce qui se passe après l’arrêt du tabac :

 

Constipation et toux

Lorsque vous étiez dépendant à la cigarette, la nicotine stimulait les intestins. Après le sevrage tabagique, ces derniers retrouvent un fonctionnement « normal ».

Il est alors normal que le transit ralentisse un peu que des « crises » de constipation soient à déplorer.

Pour éviter ce phénomène plutôt désagréable, faites en sorte de boire beaucoup d’eau. Incluez, par ailleurs, des fruits et des légumes ainsi que des grains entiers dans votre alimentation.

Le sport est également bénéfique contre la constipation.

Effets secondaires de l'arrêt du tabac

Effets secondaires de l’arrêt du tabac

© FreeDigitalPhotos.net

Parmi les symptômes accompagnant l’arrêt du tabac, on retrouve aussi la toux. Lorsque vous arrêtez de fumer, les organes de la respiration retrouvent petit à petit leur fonctionnement normal.

Chez le fumeur, les poumons étaient comme paralysés par la fumée inhalée. Désormais, ils jouent leur rôle. Cette adaptation peut s’accompagner de quelques quintes de toux.

Ici, la nature reprendra bien vite ses droits. On peut notamment accélérer le retour à la normale en faisant du sport sans toutefois se forcer.

Parallèlement, l’alimentation doit être saine et il faut toujours penser à boire beaucoup d’eau.

 

Envie de manger, envie de sucré

Après l’arrêt du tabac, vous avez beaucoup plus faim. Cette sensation est normale. En cessant la cigarette, votre goût et votre odorat sont restaurés.

Vous reprenez goût à la nourriture. Votre appétit est naturellement boosté et vous retrouvez du plaisir à manger.

Vous devez alors faire attention à ne pas faire d’excès et surtout à éviter les grignotages intempestifs.

D’autant plus que le tabagisme vous a donné la fâcheuse habitude de porter régulièrement quelque chose à la bouche.

Ici encore, vous devez faire attention à manger sainement. D’autant plus que vous aurez des envies de choses sucrées.

Si vous voulez vraiment grignoter, opter pour des aliments bons pour la santé et contenant un minimum de calories.

Arrêt tabac bienfait : Symptômes sevrage tabagique

Comment arrêter de fumer sans prendre du poids ?

Parmi les craintes des fumeurs sur le point d’arrêter la cigarette, on retrouve la hantise de prendre des kilos indésirables.

Il s’agit même, pour beaucoup, d’un facteur de renoncement.

Pourtant, la prise de poids au lendemain du sevrage tabagique n’est pas une fatalité.

En effet, en adoptant quelques mesures, il est tout à fait possible d’arrêter de fumer sans prendre du poids.

Il faut alors manger mieux, bouger plus et prendre des précautions pour mieux gérer les effets secondaires de l’arrêt du tabac.

Comment arrêter de fumer sans prendre de poids

Comment arrêter de fumer sans prendre de poids

© Fotolia.com

Alors, comment arrêter de fumer sans prendre du poids ?

 

Lien entre arrêt du tabac et prise de poids

Dès le départ, il faut souligner qu’il existe bel et bien un lien entre arrêt du tabac et prise de poids.

Néanmoins, les kilos supplémentaires ne sont pas systématiques après le sevrage tabagique, à condition de prendre diverses précautions.

En ce qui concerne le risque de prise de quelques kilos, il est lié à différents facteurs.

D’abord, les dépenses énergétiques sont accrues chez les fumeurs.

Ensuite, l’odorat et le goût sont altérés chez le fumeur. De ce fait, le fumeur prend beaucoup moins plaisir à la nourriture.

Résultat : il redécouvre les goûts et les saveurs en arrêtant le tabac et devient (redevient) plus gourmand.

A cela s’ajoute le fait que la sensation de faim est sensiblement réduite.

Malgré tout, grossir n’est définitivement pas une fatalité

 

Faites attention à ce que vous mangez

Après le sevrage tabagique, votre goût et votre odorat sont donc restaurés progressivement. De ce fait, vous mangez plus et avec plus de plaisir.

Et vous avez, en plus, tendance à vous ruer sur les sucreries et autres gourmandises, qui sont plutôt propices aux kilos en trop.

Vous devez alors faire très attention à ce que vous mangez, surtout que les tentations sont très nombreuses.

Justement, prenez les devants en n’achetant aucune « cochonnerie ». Dites alors adieu aux chips, biscuits, gâteaux et autres produits qui sont définitivement mauvais pour la ligne.

Tout ce qui est trop gras et trop sucré n’a plus sa place dans vos placards.

Manger mieux

Manger mieux

© FreeDigitalPhotos.net

Prenez, en outre, l’habitude de préparer vous-même vos repas pour être certain d’en contrôler les ingrédients.

Votre cuisine se doit, pour sa part, d’être très légère. Les ingrédients et la cuisson doivent être « lights ».

Ceci ne veut pas dire que vos repas soient fades. Vous pouvez rehausser la saveur de vos aliments en utilisant des condiments (épices, fines herbes…).

 

Prévenir et combattre le manque de nicotine

Pour éviter de prendre du poids, il est important de prévenir et de combattre le manque de nicotine.

Lorsque l’organisme est en manque, le fumeur a tendance à combler cette sensation avec autre chose. Généralement de la nourriture.

Une pulsion est tout simplement remplacée par une autre

Vous devez donc anticiper ce phénomène et penser à l’avance à la manière dont vous allez gérer le manque nicotinique.

Pour cela, vous pouvez faire appel aux substituts nicotiniques. Il est préférable de ne pas faire d’automédication, mais de consulter un médecin qui vous prescrira le bon produit et le bon dosage.

Différents substituts peuvent être utilisés : patch, gomme, pastilles, inhaleur… Quel que soit le produit, le principe est le même.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

Ces produits diffusent progressivement de la nicotine dans l’organisme pour venir à bout du manque physique. Vous êtes alors moins tenté par les grignotages intempestifs.

Au fur et à mesure du traitement, la dose consommée est réduite jusqu’à ne plus du tout en consommer.

Et pendant ce temps, vous devez apprendre à adopter un mode de vie plus sain. Vous apprenez à vivre sans la cigarette et sans nicotine.

 

Surveiller votre poids

Après l’arrêt du tabac, vous n’avez surtout pas envie de prendre plusieurs kilos. Faites donc attention à surveiller votre poids.

Avant même d’arrêter de fumer, songez à la façon dont vous allez gérer votre sevrage tabagique.

D’abord, vous devez faire attention à vos habitudes alimentaires. Faites en sorte de toujours composer des menus équilibrés. Evitez les excès et laissez de côté toute nourriture trop riche.

Et, en plus de bien manger, vous devez pratiquer régulièrement des activités physiques (vous pouvez vous entraîner une fois par jour à raison d’une demi-heure par séance).

Découvrez ci-dessous une vidéo qui apporte des conseils supplémentaires pour arrêter de fumer sans craindre les kilos en trop :

 

Quelques règles à suivre pour une bonne alimentation

Alors, pour éviter de perdre du poids après l’arrêt du tabac, vous allez adopter une bonne alimentation.

Voici quelques règles que vous devez désormais respecter :

Consommez au moins 5 fruits et légumes tous les jours. Ces produits alimentaires devraient idéalement être présents à tous les repas.

Ces derniers doivent également comporter des féculents (pains, pommes de terre, céréales…) mais aussi des légumes secs.

Il ne faut pas oublier le lait ainsi que les produits laitiers. Mangez-en trois fois par jour en faisant attention de miser sur des produits peu gras.

La viande est aussi incontournable. Prenez-en une ou deux fois par jour en misant sur de la viande peu grasse et du poisson (surtout du poisson).

Buvez de l’eau autant que vous en désirez en faisant preuve de modération sur les breuvages sucrés et sur l’alcool.

Allez-y aussi doucement sur le sel et restez raisonnable sur le fromage et les charcuteries.

Enfin, réduisez les produits trop gras et trop sucrés.

 

Arrêter de fumer implique quelques contraintes, mais aussi quelques effets secondaires… Mais les avantages que vous en retirez au final en valent largement la peine.

Quant à la prise de poids, vous pouvez très bien l’éviter et garder la ligne même après avoir dit adieu au tabac…

Arrêt tabac bienfait : Comment arrêter de fumer sans prendre de poids

Comment arrêter de fumer naturellement : conseils pour dire adieu à la cigarette

Arrêter la cigarette constitue un défi de taille ! Combien de fois avez-vous essayé ? Tourner définitivement le dos au tabac n’est certainement pas une mince affaire.

Mais ce n’est pas non plus une mission impossible. Certes, c’est une démarche difficile mais vous pouvez y arriver.

D’ailleurs, il existe de nombreux produits et méthodes qui se vantent de vous aider à dire adieu à la cigarette.

Et savez-vous aussi que vous pouvez vous débarrasser de votre addiction de façon naturelle, sans faire appel à des médicaments ?

Arrêter de fumer naturellement

Arrêter de fumer naturellement

© Fotolia.com

Voici nos 10 conseils pour arrêter de fumer naturellement…

 

1- Être motivé

Quelle que soit la méthode que vous allez adopter pour arrêter de fumer, il est primordial que vous soyez fortement motivé.

Pour booster votre motivation, faites la liste de tous les méfaits du tabac. Ne vous contentez pas de faire une liste mentale. Écrivez tout.

Ses effets néfastes sur votre santé, sur votre porte-monnaie, sur votre beauté sans oublier les impacts sur votre vie sociale.

Parallèlement, pensez à toutes les raisons qui vous poussent alors à abandonner la cigarette. Ainsi qu’aux bénéfices que vous allez retirer de cette démarche.

Pour ne jamais oublier le POURQUOI de votre décision, vous pouvez imprimer un document qui rassemble ces informations et que vous allez garder à portée de main.

 

2- Mettez en place une stratégie

Une fois que vous avez pris la décision d’arrêter de fumer, vous devez définir la stratégie à appliquer.

Vous avez notamment le choix entre vous débarrasser de la cigarette d’un coup (du jour au lendemain) ou de façon progressive.

Ici, la décision est vraiment personnelle. Vous vous connaissez mieux que quiconque et vous saurez ce qui convient le mieux dans votre cas.

Lorsque vous avez décidé de la stratégie à mettre en œuvre, vous devez vous y tenir rigoureusement.

 

3- Eloignez-vous de la cigarette !

Prendre la décision d’abandonner la cigarette n’est pas tout. Vous devez aussi agir en ce sens. Faites donc en sorte de vous éloigner radicalement de la cigarette.

Jetez donc tout ce qui vous reste de votre « ancienne » habitude. Que ce soit les paquets (vides ou non), mais aussi les cendriers et autres accessoires qui vous rappellent la cigarette.

Prenez aussi le temps de débarrasser votre maison (et votre bureau) de toute odeur de tabac.

Laisser tomber la cigarette

Laisser tomber la cigarette

© FreeDigitalPhotos.net

Laissez, en outre, tomber (du moins provisoirement) toutes les petites habitudes que vous associez à la cigarette (comme le café ou le petit aparté avec les amis autour d’un verre et d’une cigarette).

Quant à vos amis qui fument, demandez-leur gentiment de ne plus en griller une en votre présence.

La règle est simple : éloignez-vous de toute situation qui pourrait vous donner la tentation de fumer.

 

4- Remplacez la cigarette !

Durant les premières semaines (voire les premiers mois de sevrage), vous ne serez sans nul doute pas à l’abri des tentations.

Alors, lorsqu’une pulsion qui semble incontrôlable vous assaille, pensez à remplacer la cigarette par quelque chose de plus « intéressant ».

Commencez par respirer profondément puis croquez une pomme ou un mangez un autre fruit. Vous pouvez aussi boire de l’eau (ou un autre breuvage).

Mieux encore, si vous en avez la possibilité, vous pouvez vous lancer dans une activité qui vous plaît comme une promenade ou encore une séance de sport.

Le temps que vous vous tournez vers un « substitut », le désir de fumer aura disparu. Tenez bon !

 

5- Lisez Allen Carr !

Pour trouver des inspirations dans votre programme de sevrage tabagique, il existe un ouvrage qui se pose tout simplement comme un incontournable.

Son titre : « La méthode simple pour en finir avec la cigarette ». Ce livre a déjà aidé des millions et des fumeurs à dire adieu à la cigarette.

Dire adieu à la cigarette

Dire adieu à la cigarette

© FreeDigitalPhotos.net

Il préconise une démarche facile et empreinte de sérénité pour se débarrasser d’une très mauvaise habitude.

À travers les informations et conseils soumis par Allen Carr, le fumeur est débarrassé pour très longtemps de tout désir d’en griller une.

En plus d’être littéralement libéré, l’arrêt du tabac se fait en douceur, sans douleur. Pas de gros stress et d’angoisse… Et pas non plus de prise de poids intempestive.

 

6- Testez l’hypnose

Parmi les méthodes « naturelles » qui n’impliquent aucun médicament, on retrouve l’hypnose, une technique qui gagne à être testée.

Avant tout, il ne faut pas s’attendre à un programme miracle qui va vous permettre d’arrêter le tabac du jour au lendemain.

L’hypnose apporte une aide précieuse au fumeur. Au fil des séances, celui-ci se détache psychologiquement du tabac.

En même temps, l’hypnose l’aide à mieux gérer les divers effets secondaires du sevrage tabagique.

Cette technique permet aussi d’intensifier la motivation de la personne désirant abandonner le tabagisme.

Avec cette pratique, il est essentiel que le fumeur nourrisse une réelle volonté d’en finir avec le tabac. Et qu’il croit aux vertus de l’hypnose.

 

7- L’auriculothérapie

L’auriculothérapie est une technique qui s’inspire des principes d’une pratique « cousine », l’acupuncture.

Elle se base donc sur la stimulation de points spécifiques à l’aide de petites aiguilles qui sont positionnées au niveau de l’oreille.

Celles-ci sont laissées en place pour agir durant deux semaines au terme desquelles elles tombent toutes seules après avoir opéré leur effet.

Ici, le praticien n’utilise aucun produit chimique. Tout se fait naturellement. Les aiguilles aident à mieux appréhender les effets secondaires de l’arrêt du tabac et à lutter contre le manque.

Pour terminer, voici une vidéo qui propose 5 méthodes pour arrêter de fumer naturellement :

 

Pour optimiser vos chances de succès dans votre démarche de sevrage tabagique, n’hésitez pas à demander de l’aide.

Vous pouvez notamment vous faire suivre par votre médecin ou par un tabacologue. Vous pouvez également être épaulé par un psychothérapeute.

L’essentiel étant de prendre la décision de se débarrasser de la cigarette et de s’engager sérieusement et sincèrement dans votre programme d’arrêt du tabac.

Arrêt tabac bienfait : Arrêter de fumer naturellement

Les bons réflexes pour arrêter de fumer définitivement

Arrêter de fumer n’est pas du tout évident. Même lorsque l’on connaît les ravages du tabagisme sur la santé, ça reste très difficile de se débarrasser de la cigarette.

Au-delà de la dépendance physique, la dépendance psychologique est particulièrement tenace.

Pour optimiser les chances de succès de la démarche, il est indispensable d’avoir les bons réflexes.

Pour commencer, vous devez prendre la décision de dire adieu à la cigarette. Ensuite, il existe différentes mesures à prendre au quotidien pour se sevrer efficacement et définitivement du tabac.

Arrêter de fumer définitivement

Arrêter de fumer définitivement

© Fotolia.com

Quels sont donc les bons réflexes à adopter pour arrêter de fumer pour de bon ?

 

Prenez la décision !

La première étape vers votre « liberté » est tout simplement la prise de décision. Décidez aujourd’hui de dire adieu à la cigarette.

Pour les non-fumeurs, c’est toujours difficile de comprendre comment et pourquoi les fumeurs continuent à consommer un produit qui les tue à petit feu.

En réalité, la plupart des fumeurs sont bien conscients des méfaits du tabagisme. Au-delà des risques de la santé, ils se rendent bien compte que l’achat de cigarettes pèse sur leur budget.

Au-delà de tous les effets négatifs du tabac, ils sont prisonniers de leur addiction. En plus de la dépendance physique, la cigarette apporte aussi un certain réconfort à certains fumeurs.

Au final, il faut retenir une chose : arrêter de fumer constitue un énorme défi, pas du tout évident à relever.

Mais, malgré tout, vous devez réagir et prendre la résolution d’arrêter de fumer.

Pour que cette démarche soit un succès et pour tourner définitivement le dos à la cigarette, vous ne devez pas vous lancer à l’aveuglette

 

Arrêt tabac bienfait : Arrêter de fumer définitivement

Fumer tue : point sur les multiples méfaits du tabac sur la santé

Fumer tue… C’est d’ailleurs une phrase courte mais percutante que l’on retrouve sur les paquets de cigarettes à travers le monde.

Et ce n’est pas un euphémisme. Car oui, la cigarette est vraiment une « tueuse » comme la surnomme certains.

Avec la fumée aux milliers de substances chimiques que le fumeur avale à longueur de journée, celui-ci s’expose à des pathologies sévères.

Les poumons sont les premiers concernés. Mais il y a aussi de nombreux autres organes.

Le pire, c’est que l’entourage d’un fumeur peut également être atteint de maladies.

Pour avoir une petite idée du ravage de la cigarette : ce sont plus de 5 millions de personnes par an qui meurent dans le monde à cause du tabagisme.

Fumer tue

Fumer tue

© Fotolia.com

Faisons alors un point sur les méfaits du tabac sur la santé

 

Fumer et dangereux pour la santé !

On ne le répétera jamais assez : fumer est très mauvais pour la santé et la cigarette cause de nombreuses maladies plus ou moins graves.

La qualité de vie des fumeurs est grandement altérée. Entre la toux, le souffle court et les autres maux physiques sans oublier la dépendance, leur quotidien peut être assez pénible.

Avec la fumée avalée à longueur de journée, leur santé est compromise.

Dangers de la cigarette sur la santé

Dangers de la cigarette sur la santé

© FreeDigitalPhotos.net

Les fumeurs inhalent chaque fois une multitude de produits dangereux dont la nicotine qui cause divers problèmes.

Outre l’addiction, cet élément peut occasionner des problèmes de cœur et des troubles vasculaires.

Il y a aussi les goudrons, des substances toxiques et cancérogènes. Et à cela s’ajoute les milliers d’autres substances nocives aux désastreux effets.

 

Les maladies liées au tabac : les cancers

La liste des maladies liées au tabac (ou aggravées par le tabac) est très longue. Il existe même certaines auxquelles on ne s’attend pas forcément…

Parmi les plus redoutés, on retrouve les cancers.

Les substances toxiques présentes dans la fumée favorisent l’apparition de cette pathologie plutôt grave et souvent mortelle.

D’abord le cancer du poumon, mais pas seulement, il faut également citer les cancers touchant la langue, les lèvres, la gorge, la vessie ou encore l’œsophage.

 

Un cœur fragilisé et des poumons malades

Le tabagisme est l’une des causes fréquentes de problèmes cardiaques. Griller cigarettes sur cigarettes augmente les probabilités d’apparition de plaques graisseuses artérielles.

Les vaisseaux sanguins peuvent alors se boucher et deviennent plus fragiles. Au final, il existe un risque accru d’AVC (accident vasculaire cérébral) et d’infarctus du myocarde.

A cause de la nicotine, le rythme du cœur peut aussi être bouleversé et des troubles du rythme cardiaque peuvent faire leur apparition.

Chez le fumeur, les poumons sont particulièrement fragilisés. Inutile de rappeler que la fumée de cigarette inhalée atterrit directement au niveau de ces organes.

Diverses maladies assez sévères peuvent alors surgir.

On peut notamment citer l’emphysème ainsi que la bronchite chronique.

 

Problèmes au niveau de la bouche et du système digestif

Le tabagisme peut aussi engendrer divers problèmes au niveau de la bouche et dans le système digestif.

Pour sa part, la bouche a tendance à être plus sèche.

Des problèmes de dents peuvent aussi apparaître. En plus d’afficher une couleur jaunâtre, celles-ci peuvent être recouvertes de plaque dentaire et les risques de caries et de maladies des gencives augmentent.

La cigarette peut, par ailleurs, causer un relâchement du sphincter au niveau de l’œsophage pouvant lui-même conduire à des brûlures d’estomac.

Le tabac et ses conséquences sur la santé

Le tabac et ses conséquences sur la santé

© FreeDigitalPhotos.net

 

Mauvaise circulation sanguine

Fumer est mauvais pour la circulation sanguine. Le sang ne circule notamment pas bien au niveau des artères des jambes, favorisant l’apparition d’artérite.

Chez les fumeurs, les membres reçoivent moins de sang, provoquant des douleurs (ou intensifier ces dernières).

Les élancements apparaissent surtout en matinée et concernent les mains, les bras, les pieds et les jambes.

 

Troubles de la fertilité

Au-delà des différentes maladies, le tabac est aussi mauvais pour la fertilité, aussi bien chez les comme que les femmes.

La conception d’un bébé prend plus de temps par rapport à un couple de non-fumeurs.

Chez les hommes, il faut aussi mentionner les troubles de l’érection liés au fait que les artères sont endommagés et que l’irrigation sanguine est de mauvaise qualité.

Voici une vidéo qui en dit plus sur les dangers du tabac sur la santé :

 

Maladies accentuées par le tabagisme

Certaines maladies sont aggravées par la consommation de cigarettes.

Pour les personnes qui souffrent de diabète de type II, les risques de complications sont accrus lorsqu’elles fument. Arrêter de fumer devient alors vital.

Pour ceux qui sont sujet à l’ostéoporose, la cigarette aggrave la perte de masse osseuse.

Parmi les pathologies aggravées par le tabac, on retrouve aussi les hémorroïdes dont les symptômes sont plus sévères chez les fumeurs qui en souffrent.

 

Autres troubles liés au tabac

La liste des troubles liés au tabac n’en finit pas. Il semblerait que les fumeurs affichent un taux plus élevé de LDL ou mauvais cholestérol.

Les dépendants du tabac ne dorment pas bien : leur sommeil est perturbé par la nicotine qui est un excitant.

Enfin, la santé de la peau est également mise à mal. L’épiderme devient plus épais, mais aussi plus sec. Celui-ci est plus exposé aux rides et perd son éclat.

 

Etant donné la liste sans fin des maladies liées au tabagisme, il est plus qu’évident que les fumeurs ont tout intérêt à dire rapidement à leur mauvaise habitude.

D’autant plus que les effets bénéfiques se font ressentir après quelques heures seulement.

C’est ici et maintenant que ça se passe. Prenez la décision de VIVRE !

Faites-le pour vous-même, mais aussi pour votre entourage qui doit également subir l’effet toxique de vos cigarettes.

Arrêt tabac bienfait : Fumer tue

Le tabagisme et ses ravages sur le bien-être et la beauté

Tout le monde le sait bien : le tabagisme fait des ravages sur la santé. La fumée inhalée est désastreuse pour le corps.

C’est une mauvaise habitude qui est dangereuse pour la santé physique. Elle nuit également à l’équilibre émotionnel. Sans oublier les méfaits sur la beauté extérieure.

Pour motiver les fumeurs à abandonner le tabac, il ne faut jamais cesser de rappeler les effets néfastes de ce produit : la beauté et la santé partent littéralement en fumée.

À l’intérieur comme à l’extérieur, la cigarette détruit tout sur son passage. Et malgré tout, il y a quand même une bonne nouvelle : il n’est jamais trop tard pour arrêter !

Le tabagisme et ses ravages

Le tabagisme et ses ravages

© 831days – Fotolia.com

Point sur les méfaits de la cigarette sur la santé et sur la beauté…

 

Fumer tue !

On retrouve désormais ce slogan sur tous les paquets de cigarettes vendus à travers le monde. Il est même accompagné de photos morbides

Malgré tout, de nombreuses personnes continuent de fumer, semblant ignorer que « fumer tue ».

Pour rappel, la fumée de la cigarette contient plus de 4 000 substances chimiques nuisibles. Plus de 50 d’entre eux sont même cancérigènes.

Parmi les éléments toxiques présents dans la fumée, on peut citer le goudron, l’arsenic ou encore le goudron.

Sans oublier la nicotine qui est à l’origine de l’addiction (physique et psychologique).

Dans tous les cas, fumer est une habitude « mortelle ».

Si l’on en croit les différentes études portant sur le sujet, il y a trois plus de risques de décès chez un fumeur entre 35 et 70 ans par rapport à un non-fumeur.

En outre, près de 50 % des fumeurs qui ont commencé à 20 ans vont mourir d’une pathologie liée au tabac.

Voici alors une vidéo qui en dit un peu plus sur les dangers du tabac sur la santé :

 

Les multiples conséquences du tabac sur la santé

étant donné que la fumée du tabac atterrit directement dans les poumons, ces organes sont les plus exposés aux maladies.

Toujours d’après les études ayant porté sur le sujet près de 85 % des maladies respiratoires graves et irréversibles sont liés au tabagisme. De même que les cancers du poumon.

Et il existe aussi d’autres types de cancers qui sont causés par le tabac, en l’occurrence ceux qui touchent l’œsophage, la bouche, la vessie, l’utérus, le pancréas ou encore l’estomac.

Le tabac et ses conséquences sur la santé

Le tabac et ses conséquences sur la santé

© FreeDigitalPhotos.net

L’abus de cigarette nuit également au cœur. Chez le fumeur, il existe un risque accru d’AVC et de crise cardiaque.

Et il faut aussi mentionner les effets du tabagisme sur la fertilité : tomber enceinte peut être difficile chez une fumeuse.

A cela s’ajoutent les méfaits chez la femme enceinte : au-delà des effets néfastes sur la femme enceinte, il y a les gros risques pour le fœtus dont le développement est compromis.

 

Les répercussions négatives sur la vie quotidienne

Le tabac ne nuit pas seulement à votre santé, il compromet également votre bien-être dans la vie de tous les jours.

Le tabagisme vous empêche de jouir pleinement des petits plaisirs de la vie.

D’abord, vous respirez beaucoup moins bien en tant que fumeur. Il est possible que vous soyez sujet à des toux ou que vous ayez le souffle court.

Sans compter les diverses maladies. Votre confort de vie est grandement altéré.

Et il existe encore d’autres inconforts qui gâchent votre qualité de vie : votre goût et votre odorat sont diminués. Vous sentez moins bien et les aliments deviennent de plus en plus fades.

Faire du sport constitue un véritable calvaire et vous êtes facilement à court d’énergie.

Certaines personnes de votre entourage vous évitent à cause de votre mauvaise habitude.

Vous devez affronter quotidiennement le manque (entre deux cigarettes).

À tout cela s’ajoute l’argent que vous investissez quotidiennement pour l’achat de vos « clopes ».

Et du point de vue esthétique, c’est l’horreur : dents jaunes, peau ridée, haleine fétide…

 

Une beauté qui part en fumée !

Avec la cigarette, tout part en fumée : votre santé, votre argent mais aussi votre beauté. Jour après jour, elle se fane.

  • D’abord, il y a la peau qui se flétrit à vue d’œil et se ride précocement. Elle s’assèche et perd son éclat.
  • Les ongles, mais aussi les doigts, prennent une couleur jaune très inesthétique.
  • Les dents jaunissent également. Et si l’on tient compte du fait que l’haleine est désagréable, tout cela n’est pas du tout « glamour ».
  • Les cheveux deviennent ternes, fragiles et s’abîment.
  • Le capital séduction est grandement diminué chez les fumeurs !

 

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer !

Je le répète très souvent : il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Dès la première journée sans tabac, vous sentez déjà des changements bénéfiques dans votre vie.

Mais il ne s’agit pas d’arrêter sur un coup de tête. Votre décision doit être réfléchie. Et surtout, vous devez choisir vous-même de dire adieu à la cigarette.

Prendre la décision d'arrêter de fumer

Prendre la décision d’arrêter de fumer

© FreeDigitalPhotos.net

C’est une démarche très personnelle. Vous pouvez bien sûr vous faire accompagner, mais il s’agit d’un choix qui vous appartient.

Vous devez bien prendre conscience des enjeux : une meilleure santé, une liberté retrouvée, une vie plus confortable sous tous les angles.

Une fois que vous avez pris votre décision, vous devez choisir le bon moment. Misez sur une période sans stress.

Et lorsque vous avez décidé d’écraser votre dernière cigarette, ne revenez plus en arrière. Pour optimiser les chances de succès, éloignez-vous de toutes les tentations.

Pour mieux faire face au manque qui surgira inévitablement, il est recommandé de se faire suivre et de prendre des substituts nicotiniques.

 

Après l’arrêt du tabac, vous retrouvez petit à petit « une vie normale ».

Vous respirez mieux, vous retrouvez votre beauté naturelle et votre santé est de moins en moins menacée par diverses maladies.

Votre vie s’améliore sous tous les aspects et vous redécouvrez les petits plaisirs du quotidien.

Arrêt tabac bienfait : Le tabagisme et ses ravages

Arrêter de fumer enceinte : les règles à suivre pour cesser la cigarette pendant la grossesse

Le tabagisme est mauvais pour la santé. C’est encore pire pour une femme enceinte car deux vies sont exposées à la fumée nocive de la cigarette.

Malgré les nombreux dangers de ce produit, de nombreuses femmes continuent de fumer durant leur grossesse.

La cigarette est aussi dangereuse pour la future maman que pour son bébé à venir.

En tout cas, il existe de nombreuses méthodes intéressantes pour se débarrasser de cette addiction et vivre une grossesse plus sereine.

Le soutien des proches et l’accompagnement d’un professionnel est important pour vaincre cette dépendance.

Arrêter de fumer enceinte

Arrêter de fumer enceinte

© Fotolia.com

Alors, comment parvenir à arrêter de fumer en étant enceinte ?

 

Les dangers du tabac durant la grossesse

Consommer de la cigarette au cours de la grossesse présente des risques réels et non négligeables.

Si l’on en croit les études portant sur le sujet, plus d’un tiers des grossesses extra-utérines sont liées au tabagisme.

Dans ce cas, le fœtus se développe en dehors de l’utérus. En plus d’être non fiable, cette implantation est dangereuse pour la future maman.

Les risques de fausse couche sont multipliés par trois au début de la grossesse.

Le tabagisme augmente, en outre, les risques d’accouchement prématuré.

Le développement du fœtus est également compromis. Plus la femme enceinte fume, plus le petit bébé à venir est en danger.

La raison est simple : c’est le sang de la maman qui apporte de l’oxygène au fœtus. Chez une fumeuse, ce sang est gorgé de monoxyde carbone, un gaz toxique.

A cela s’ajoute l’effet de la nicotine qui altère la circulation sanguine. Au final, le bébé ne reçoit pas suffisamment d’oxygène.

Pire encore, il reçoit diverses substances chimiques toxiques dont certaines peuvent freiner sa croissance intra-utérine.

Il existe alors des risques que bébé vienne au monde avec un faible poids, une petite taille et un périmètre crânien inférieur à la normale.

Dans les cas les plus extrêmes, une mort fœtale in utéro peut être constatée.

Tabac et grossesse : des risques réels

Tabac et grossesse : des risques réels

© FreeDigitalPhotos.net

Il convient de noter que les femmes qui ne fument pas, mais qui sont exposées à la cigarette sont aussi victimes, victimes du tabagisme passif.

La fumée qu’elles inhalent passe aussi dans leur sang et inévitablement dans celui de leur petit bébé à venir.

Il est donc indispensable de s’éloigner totalement de la cigarette et des fumeurs…

 

Arrêter de fumer durant la grossesse : il n’est jamais trop tard pour le faire !

Etant donné les nombreux méfaits du tabagisme durant la grossesse, il n’est jamais trop tard de se débarrasser de cette mauvaise habitude.

Le mieux serait d’arrêter le plus tôt possible (bien évidemment l’idéal aurait été de ne jamais commencer). Toutefois, il n’est jamais trop tard pour laisser tomber la cigarette.

Que ce soit au cours de la grossesse ou durant l’allaitement, l’arrêt du tabac est tout de suite avantageux pour la maman et son bébé.

Dès que la femme enceinte cesse de fumer, son oxygène devient plus pur et bébé reçoit du sang plus « propre ».

Les risques pour la santé de maman et celle de bébé s’amenuisent déjà sensiblement. Au fil des jours sans tabac, la mère et l’enfant se portent bien mieux. Et leur vie et leur santé ne sont plus en danger.

Ci-dessous une vidéo qui rappelle les dangers de la cigarette sur le foetus :

 

Comment arrêter de fumer enceinte : se faire accompagner

Arrêter de fumer durant la grossesse n’est pas facile. Certes, il y a des femmes qui parviennent à cesser la cigarette du jour au lendemain dès lors qu’elles savent qu’elles attendent un bébé.

Près d’une femme enceinte sur dix tourne le dos à la cigarette après que leur médecin le leur ait conseillé.

A peur près la même proportion décide également de se sevrer du tabac, grâce au soutien d’un tabacologue.

Mais pour la plupart, cette démarche est très difficile.

Pour aider la future maman à se débarrasser de son addiction, l’aide psychologique est très importante.

Ici, il s’agit surtout d’aider la femme enceinte à abandonner ses mauvaises habitudes : la cigarette antistress, la cigarette digestive, la cigarette qui relaxe ou encore la cigarette indissociable du café…

Car même si la volonté d’arrêter le tabac est bien présente, il existe des « routines » liées à la dépendance psychologique dont il est difficile de se débarrasser.

 

Substitut nicotinique : une aide précieuse pour arrêter de fumer durant la grossesse

Pour certaines femmes enceintes, l’arrêt est particulièrement difficile à cause du manque qui est difficile à gérer.

Pour pallier aux fortes pulsions d’en griller une, il est possible d’utiliser des substituts nicotiniques dont certains sont compatibles avec la grossesse.

On peut notamment citer les patchs, les comprimés, les inhaleurs ou encore les gommes, tous contenant une certaine dose de nicotine.

Pour une utilisation optimale, efficace et sécuritaire de ce type de produit, le dosage et la fréquence d’utilisation doivent être prescrits par un médecin.

En faisant appel à un substitut, la future maman évite d’inhaler la fumée de cigarette avec ses milliers de substances chimiques nocives.

De plus, elle épargne son bébé qui n’est plus pollué par ces substances dont près d’une centaine sont très toxiques pour ce dernier.

Attention, le médicament antitabac « Zyban® » est déconseillé durant la grossesse.

 

L’arrêt du tabac chez la femme enceinte : des effets secondaires ?

Avant tout, il faut souligner que l’arrêt du tabac est la meilleure décision à prendre pour une future maman.

Il est possible que le sevrage s’accompagne de quelques effets secondaires, mais rien d’extrême comme les conséquences du tabac.

Certaines femmes peuvent être sujettes à l’anxiété voire à la dépression. Dans ce cas, un accompagnement psychologique et/ou un traitement médicamenteux peuvent être préconisés.

Stop au tabagisme maternel

Stop au tabagisme maternel

© FreeDigitalPhotos.net

À ce stade, le mieux serait de définitivement tourner le dos à la cigarette, celle-ci étant aussi nocive durant l’allaitement.

Puis, il faut souligner que le tabagisme passif compte parmi les facteurs de risque de la mort subite du nourrisson.

Et le fait de fumer dans l’entourage d’un enfant peut porter préjudice à ce dernier…

Une fois que vous vous êtes débarrassé de votre addiction, l’idéal serait de ne plus y revenir

Arrêt tabac bienfait : Arrêter de fumer enceinte

Comment arrêter de fumer : les règles à suivre pour se débarrasser du tabac

Arrêter de fumer est difficile, il ne faut pas se voiler la face. Mais c’est la seule solution pour vous débarrasser d’une addiction qui ruine votre santé.

Il faut parfois plusieurs tentatives avant de parvenir à se sevrer définitivement de la cigarette. Il faut tenir bon !

Si le premier, le second, le troisième ou encore le troisième essai est un échec, persévérez et tentez de nouveau.

D’ailleurs, il existe de nombreuses méthodes et astuces qui vous aident à venir à bout de votre addiction.

Et surtout, vous pouvez faire accompagner par un ou des spécialistes…

Comment arrêter de fumer ?

Comment arrêter de fumer ?

© Tom Wang – iStock

Découvrez alors les règles à suivre pour vous détacher pour de bon d’une très mauvaise habitude…

 

Eloignez-vous de la cigarette

Pour que votre démarche de vous débarrasser du tabagisme soit un succès, vous devez vous éloigner au maximum de la cigarette.

Éliminez tout ce qui vous rappelle un tant soit peu la cigarette dans votre vie. Que ce soit les objets, les personnes ou encore les endroits.

Écartez-vous de toute situation qui pourrait vous donner envie de fumer pour vous sevrer petit à petit du tabac.

Si quelqu’un vous propose une cigarette, refusez.

Refusez également d’écouter les théories des personnes qui croient que la cigarette rendrait votre vie plus belle. C’est tout le contraire : le tabagisme gâche votre vie.

Côtoyez plus de personnes qui ne fument pas.

En même temps, ne gardez plus de cigarettes sur vous. Restez aussi loin de votre briquet et de votre cendrier.

Vous pouvez également vous débarrasser des odeurs de fumée dans la maison. Purifiez vos vêtements, vos linges de maison, aérez vos pièces… C’est certain, votre vie va changer, en bien.

 

Diminuer votre consommation progressivement

Si vous n’êtes pas prêt à arrêter d’un coup, vous pouvez opter pour l’arrêt progressif.

Pour commencer, décalez le moment où vous grillez votre première cigarette de la journée. Et réduisez vos « pause-cigarette ». Remplacez ces moments par une activité qui vous fait plaisir.

De cette façon, vous réduisez votre consommation quotidienne.

Dans le but de baisser le nombre de cigarettes fumées, apprenez à toujours à chasser vos envies de fumer.

Diminuer la consommation de cigarettes

Diminuer la consommation de cigarettes

© FreeDigitalPhotos.net

Chaque fois que vous avez une impulsion, occupez-vous, de préférence avec une tâche qui vous plaît. Au fur et à mesure, vos envies vont s’espacer.

Il est recommandé de vous éloigner également des boissons excitantes comme le thé, le café ou encore les breuvages à base d’alcool.

 

Trouver un substitut à la cigarette

Pour diminuer efficacement votre consommation tabagique quotidienne, vous devez trouver un substitut efficace à la cigarette.

Plus précisément, trouvez une activité qui va vous apporter du plaisir et que vous allez pratiquer pour vous éloigner efficacement de votre addiction malsaine.

Petit à petit, allumer une cigarette va cesser d’être un automatisme. Il s’agit ici de vous déprogrammer de vos petites habitudes liées au tabac.

Vous devez guérir de votre dépendance psychologique. Car oui, de nombreux fumeurs font appel à la cigarette pour mieux réfléchir, pour être moins stressés, pour booster leur moral…

Vous devez apprendre à avancer dans votre éternelle cigarette aux doigts. Et surtout, vous allez vous rendre compte que vous pouvez y arriver sans…

 

Faire du sport

Parmi les activités qui peuvent vous aider à oublier la cigarette, on retrouve le sport. La pratique régulière d’exercices physiques est d’ailleurs excellente pour le moral et pour la santé.

Le choix est très large. Vous pouvez opter pour la marche, la natation, le football, le basket-ball, la danse, le jogging ou la course…

Faire du sport est, en plus, excellent pour vos poumons qui sont (ont été) malmenés par la fumée de cigarette inhalée.

Vos exercices vous aident, par ailleurs, à préserver votre motivation à arrêter de fumer et à mieux gérer les symptômes qui accompagnent le sevrage tabagique.

Dans la vidéo ci-dessous, découvrez d’autres méthodes qui vous accompagne efficacement dans votre démarche d’arrêt du tabac :

 

Se faire plaisir

Autrefois, votre petit plaisir était la cigarette. Mais aujourd’hui, vous vous rendez-compte que c’était un plaisir éphémère comportant de nombreux effets secondaires.

Désormais, vous allez vous tourner vers des activités qui vous font vraiment du bien. Vous pouvez notamment découvrir de nouvelles choses.

Vous initier au théâtre par exemple. Découvrir la lecture, chanter, faire de la musique… N’hésitez pas à tester diverses disciplines pour mieux reconnaître celle qui vous plaît le plus.

Il y a aussi les activités relaxantes. Étant donné les économies que vous dégagez en évitant la cigarette, vous pouvez vous offrir des séances de bien-être dans un centre de massage ou encore au spa.

Justement, vous pouvez investir autrement l’argent que vous aviez l’habitude de dépenser pour vos paquets de « clopes ».

Après quelques mois de sevrage, vous pourrez même programmer un petit voyage ou encore l’achat d’un objet qui vous plaît (une moto, des chaussures, des vêtements, un parfum…).

 

Les mains toujours occupées

La gestuelle du fumeur compte parmi les éléments dont il est difficile de se débarrasser. Il est alors judicieux de toujours avoir les mains occupées.

Vous pouvez par exemple jouer avec un élastique, une petite balle, un trombone ou encore un stylo.

Ces objets se révèlent particulièrement utiles lors de ces moments où vous aviez l’habitude de fumer. En téléphonant, en buvant votre café, en marchant…

Abandonner la gestuelle

Abandonner la gestuelle

© FreeDigitalPhotos.net

Parallèlement, lancez-vous dans des activités qui sollicitent vos mains comme le dessin, le bricolage, la photographie, la musique, les jeux vidéo

En plus d’avoir les mains occupées, il est aussi judicieux de prévoir quelque chose pour votre bouche. Ça peut être du chewing-gum, de la cannelle ou encore des légumes frais (carottes…).

Prenez-en pour tromper vos pulsions. Vous pouvez également boire de l’eau ou encore vous brosser les dents. Tous les moyens sont bons pour ne pas céder à la tentation.

 

Eh oui, arrêter de fumer n’est pas facile. Vous devez vous débarrasser d’une mauvaise habitude fortement ancrée dans votre routine quotidienne.

Pour augmenter vos chances de succès, n’hésitez pas à bien vous entourer. Pensez notamment à une personne vers qui vous pouvez vous tourner lorsque les doutes vous assaillent.

Adoptez, par ailleurs, une attitude positive. Gardez toujours à l’esprit les bienfaits du sevrage tabagique au lieu de vous apitoyer sur les effets secondaires (qui sont d’ailleurs passagers).

Votre délivrance est au bout du chemin. Vous avez tout intérêt à persévérer, c’est pour votre bien.

Arrêt tabac bienfait : Comment arrêter de fumer